Élisabeth Turgeon






Centre Élisabeth Turgeon

Le Centre Élisabeth Turgeon a pour objectif de promouvoir la dévotion envers Marie-Élisabeth Turgeon. Il est un lieu d'accueil des visiteurs au tombeau, un lieu de prière, de recherche et d'études au service de la cause de canonisation. Le Centre est ouvert tous les jours. Les Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire et les personnes associées à leur Congrégation y apportent une collaboration indispensable et enthousiaste.

Centre Élisabeth Turgeon
300, allée du Rosaire, Rimouski, Québec, Canada,
G5L 3E3

Téléphone : 418 723-2705
Télécopieur : 418 724-0922
Courriel : ceturgeon@soeursdusaintrosaire.org

L'éditorial Élisabeth Turgeon

2017-02-02

Heureux les affamés et assoiffés de la justice,
car ils seront rassasiés. (Mt 5, 6)
 
            Toute personne aspire à un monde juste où les riches et les pauvres sont respectés dans leur dignité humaine.
            Chez les Juifs, le concept de la justice contient l’idée d’une vie juste et pieuse. Le juste est celui qui vit selon la volonté de Dieu, qui respecte les autres et se montre fidèle envers son être profond. Le juste se place au-dessus de l’étroitesse des commandements et il rend justice à l’être humain. Il relie justice et miséricorde. (Anselm Grün, p. 93)
            La justice que prône Jésus revient donc, à avoir, l’intuition de l’acte approprié aux circonstances, elle permet d’accomplir ce qui est à réaliser dans l’instant présent. La personne juste ne s’intéresse pas à sa propre volonté, elle prend en charge ce que Dieu lui confie.
            Mère Marie Élisabeth a ardemment faim et soif de la justice dont parle cette béatitude. Elle l’a pratiquée de grand cœur, dans la joie et la constance, soutenue par sa vie d’union à son Divin Époux. Car chez elle, justice, amour et obéissance à Dieu se confondent. Nous croyons pouvoir affirmer qu’elle a vécu la justice envers Dieu et envers les autres de manière tout à fait exemplaire puisqu’elle y a subordonné sa propre existence.(…) D’où la paix profonde et inaltérable qui émanait de son être. (Positio, p. 801)
            Elle sait qu’une justice intérieure dénuée de justice sociale n’est qu’illusion. Dans cet esprit, Élisabeth fonde une communauté religieuse dont l’objectif apostolique d’éducation chrétienne brille comme une grande réalisation de justice sociale. (Positio, p. 800)
            Comme une mère au cœur attentif, Élisabeth Turgeon porte une grande attention au bien-être des enfants, à leur sécurité, à leur état de santé. (Positio, p. 183). Elle prépare ses soeurs à bien remplir leurs fonctions afin de donner satisfaction à la Commission scolaire, aux élèves et à leurs parents. Ce souci de compétence et de justice l’habitera toujours. (Positio, p. 103) Elle rappelle, dans les Constitutions qu’elle rédige, la nécessité de se maintenir à la hauteur de la tâche d’enseignante: Toute négligence sur ce point pourrait (vous) rendre coupables même d’injustice. (Positio, p. 196) Elle accorde beaucoup de respect concernant les exigences de l’autorité civile, en particulier pour le programme d’études recommandé dans le Journal de l’Instruction Publique. Mais, s’il y a impossibilité réelle de suivre ce programme, elle conseille aux enseignantes d’adopter la solution la plus favorable à l’ensemble des élèves.
            La béatitude des affamés et assoiffés de justice lui fait vivre le quotidien, comme une rencontre et une communion avec Dieu. Elle devient toujours plus dégagée de l’aspect pénible de ses souffrances pour mieux les vivre dans l’amour.
            De fait, qui sont-ils ceux qui, en Jésus et par lui, ont éprouvé la faim et la soif de la volonté divine et furent pleinement rassasiés au point d’être pour nous des exemples de paix, de plénitude, de profond contentement? Ce sont les saints.
(Cardinal Martini, p. 52) Que la Bienheureuse Élisabeth Turgeon nous apprenne à vivre, comme elle, dans la Justice et la Sainteté!
 
Ann Adams, R.S.R.


1 - 2 - 3 - 4 - 5 -