×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Quoi de neuf au Musée?

2017-01-12
JUBILÉ 75e
1950
 
 
La célébration du 75e anniversaire de fondation de notre Institut, prévue pour les 23 et 24 mai, se voit annulée « à raison de la pénible conflagration dont Rimouski vient d’être victime ». (230 résidences et immeubles détruits, 2 350 personnes sans logis)
 
Samedi le 6 mai, vers 18 heures, un brasier s’allume aux moulins des « Price ». Une heure plus tard, les flammes poussées par les vents violents (100 km) se propagent en toutes directions.
« Nos employés avec l’aide d’une trentaine de sœurs peinent à éteindre les étincelles qui couvrent le verger et à empêcher l’éclosion du feu dans les arbres. D’autres éteignent les tisons dans les escaliers de sauvetage et sur les toits. L’angoisse nous étreint ».
 
Dans la nuit, la maison mère, épargnée comme par miracle, devient alors un asile pour plus de 200 sinistrés de l’Hospice des Sœurs de la Charité : religieuses, vieillards et enfants. « Sont aussi des nôtres une dizaine de Sœurs de l’Immaculée Conception et leurs élèves, une vingtaine de Sœurs de la Sainte-Famille et quelques familles éprouvées. Les salles sont converties en réfectoires et en dortoirs. » Après la messe dominicale, 3 heures du matin, la Communauté sert à déjeuner à tous ses hôtes. Les plus malades sont servis au lit. « Dans les corridors, le noir, le blanc, le drab et le gris s’entrecroisent » avec sympathie et dévouement.
 
Au cours de la journée, « les jeunes enfants de l’Hospice sont requis par les parents. Dans quelques jours, les finissantes pourront trouver un gîte à l’externat de cet Institut (Musée régional) relique restée intacte. Des voitures de Matane et de Mont-Joli viennent chercher les vieillards et les infirmes pour les hospitaliser aux hôpitaux de ces endroits.»
 
Notre salle de Communauté est convertie en atelier de couture. Il y a toute une lingerie à refaire… « Nos sœurs de la buanderie n’ont pas chômé cette semaine. Le blanchissage pour le personnel : Séminaire, Hospice, Hôpital est venu s’ajouter à la besogne ordinaire. »
 
Dans tous nos offices, l’hospitalité se poursuit pendant plusieurs mois. À notre École Supérieure d’enseignement ménager, des journées de couture ont lieu du 25 juillet au 19 août sous la direction de 20 spécialistes du Service de l’Enseignement Ménager du Québec. On a réalisé une quantité considérable de confections, réparations et ajustements. « A voir ces ouvrières bénévoles  si gaies et si sereines, travailler sans répit, particulièrement pour les enfants d’âge scolaire, les mamans qui viennent présenter leurs requêtes ou amènent leurs enfants pour l’ajustement trouvent là un peu de réconfort et repartent, semble-t-il avec un courage renouvelé.»
 
Les jours rêvés des 23 et 24 mai pour un Jubilé grandiose, se sont transformés en une « apothéose plus riche et plus profonde de la charité de Mère Marie Élisabeth pour les miséreux : jamais notre accueillante maison mère n’aura abrité avec plus d’amour tant de malheureux; jamais banquet n’aura été servi avec plus de cordialité, de véritable fraternité..»
 
L’Ave Maria, illuminé à l’occasion de notre 75e anniversaire de fondation, brille encore aujourd’hui au frontispice de la maison mère. Cela  du crépuscule jusqu’à l’aube du temps qui s’éclaire…

Lisette d’Astous, R.S.R.
- 2 - 3 - 4 - 5 - 6 -