×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Écho des personnes associées

ANIMATION POUR LES PERSONNES ASSOCIÉES

2017-02-02
Comme l’exprime l’Écriture avec insistance, (Deutéronome 30, 10-14)
La loi de Dieu n’est ni dans  « les cieux » ni « au-delà des mers ».
« Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique. » Pour reprendre les mots de Jésus, ce savoir-faire donne part à un bien supérieur, absolu : « Va, et toi aussi, fais de même », dit-il au légiste qui lui demande comment avoir part à la vie éternelle. (Luc 10,25-28)

 
 

 LE SAMARITAIN AUJOURD’HUI
 
Agir comme le bon Samaritain, c’est parfois bien moins compliqué qu’on ne peut l’imaginer. Si Jésus vivait parmi nous aujourd’hui, il mettrait en scène des gens très occupés qui se montrent insensibles devant les malheurs de leurs collègues. Le prêtre et le lévite de Jérusalem faisaient preuve d’une conscience professionnelle évidente dans leur souci de ne pas toucher le sang de la victime. Les travailleurs, de nos jours, ont mille raisons de ne pas donner du temps à la personne en détresse dans le bureau voisin. Se faire le prochain des gens  mal pris, c’est parfois nuire à sa propre efficacité.
 
Dans ce contexte, la parabole du Samaritain généreux est plus pertinente que jamais. L’étranger méprisé  par les juifs de Jérusalem prend du temps pour l’homme maltraité par les bandits. Il paie de sa personne en plus de délier les cordons de sa bourse. Dans notre société où les fonctions et les rôles sont bien délimités, nous ne pouvons pas nécessairement nous faire proches des autres en nous improvisant ambulancier ou infirmière. Mais nous pouvons avoir accès aux appels de détresse des personnes croisées dans le quotidien. Prenons la peine de les écouter. Ce sont des cris du cœur.
 
Nous pouvons imaginer des moyens réalistes de vivre le charisme de tendresse et de sollicitude de Jésus et de Marie dans nos décors quotidiens de travail ou de vie. En gardant les yeux fixés sur Jésus, « le premier-né » par rapport à toute créature, nous trouverons une profondeur nouvelle à nos gestes de bonté et d’entraide. En dignes filles et fils d’un même Père, et dans le sillage de la bienheureuse Élisabeth Turgeon, nous donnons une portée d’éternité à nos initiatives de fraternité et de générosité. De telles pratiques confirment que la parole de Dieu est vraiment près de nous, car nous la vivons dans le concret de nos jours.
- 1 - 2 - 3 - 4 - 5 -