×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2019-06-02
La Vie… Oui, la Vie
 
 
En quelques secondes, les éléments naturels se déchaînent parfois causant des dommages matériels et psychologiques importants. Quelles que soient les saisons, les alertes météorologiques s’annoncent…
 
Si les prévisions se réalisent, voilà qu’on s’affole, qu’on s’ingénie pour secourir les victimes, qu’on recourt aux spécialistes ou qu’on collabore simplement avec l’autre dans une lourde attente… La nature est en force! 
 
Peu à peu, elle s’apaise, en même temps que naît l’énergie nécessaire à la reconstruction et aux semailles…
 
Phénomène semblable dans notre vie personnelle? Eh oui! Nos certitudes vacillent, nos capacités physiques et mentales diminuent, nos ambitions s’effritent…
 
Mais un jour, un geste, une parole, une rencontre nous réconfortent et la vie surgit, en même temps que s’effacent nos fragilités…
 
                                   Agréable été! Bienvenue à notre Musée!
 
Musée des soeurs du Saint-Rosaire
300, allée du Rosaire, Rimouski
soeursdusaintrosaire.org
418 723-2705

 
                                                                       Lisette d’Astous, R.S.R.
 

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2019-06-02
Élisabeth, femme sensible et affectueuse
 
Élisabeth, femme sensible et affectueuse, tu te penches sur la misère des autres. Ton cœur vibre devant la souffrance d’autrui et tu te laisses émouvoir. Tu éprouves de la compassion pour les personnes qui se confient à toi et tu emploies des mots remplis d’affection. Même affaiblie, à cause de ta maladie, ton cœur trouve encore les mots pour encourager et dire combien chacune est précieuse pour toi. À certains moments, tu ne réussis pas à mettre en mots les sentiments qui t’habitent tant ta sensibilité et ton affection sont profondes.
 
« Nous ne saurons refuser à nos cœurs le besoin qu’ils ont de vous exprimer les sentiments qui les animent à votre égard.»(Au Révérend Edmond Langevin, le 23 novembre 1875)
 
« Quant à moi, mes chères soeurs, vous savez que je vous porte dans mon cœur… 
 [ … ] mes bien-aimées soeurs…»
 (Aux soeurs M. du S.C » et J. l’Év., fin de janvier 1880)
 
« [ … ] vous êtes renfermées dans mon cœur : vos peines sont mes peines, vos joies mes joies. Vos lettres m’ont fait un plaisir réel. » (Aux soeurs de Saint-Godefroi, 21 janvier 1981)
 
« J’ai été sensiblement touchée des souhaits contenus dans votre lettre. [ … ] je vous apporterai un joli petit présent. » (Aux élèves de l’école de Saint-Godefroi, 21 janvier 1981)
 ______________________________________
(Tiré de Élisabeth, quelle femme es-tu? d'Élise Normand, R.S.R. pages 8-9-10)
 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2018-09-25

En septembre 2018,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2019-06-03
Prière à Dieu qui nous aime
 
Tu n’as pas besoin de faire une grosse prière pour que tu sois aimée par Dieu. Parce ce que si Dieu ne nous aimait pas, il ne nous donnerait pas cette belle terre. 
 
On sait que quand on ferme les yeux et qu’on pense à lui, la violence se dégage de notre corps et la paix entre dans notre cœur. Alors, il faut penser à Lui tout le temps possible, et comme ça, vous le remerciez jour après jour, pour tout ce qu’il nous a donné. Amen. 
 
Élizabeth

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pâques 2019 - Semaine 7

2019-04-15
Vendredi 19 avril 2019 – Faire des noeuds
 
En contemplant la croix, je vois le monde qui a besoin de paix, de miséricorde et de réconciliation.   Et je me dis que parfois, il faut faire des nœuds, pour relier ce qui s’est dénoué. 
 
On se pardonne, de ne pas être parfait.
On pardonne à l’autre, de ne pas être parfait.
On pardonne aux événements, de ne pas être conformes à nos scénarios de rêve.
On lâche prise dans la confiance.
On ouvre son cœur à Dieu pour accueillir son pardon, sa Miséricorde et sa vie. 
 
Et le matin de Pâques, on se lèvera, porteurs et porteuses d’une vie nouvelle!
 
Merci d’avoir fait route avec moi sur ce Chemin de Pâques.  Que la lumière du Ressuscité éclaire votre vie.
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie, Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire



Jeudi 18 avril 2019 – Partager le pain
 
Dans les rencontres de catéchèse que j’anime, il arrive que j’apporte du pain.  Pas de beurre, ni de confiture, juste du pain.  Si vous saviez la joie des enfants à en déguster un morceau! 
 
Partager le pain, c’est partager le moment présent, c’est partager ce qui nourrit, c’est partager ce qui goûte bon.  Partager le pain, c’est aussi partager notre histoire, nos racines.  Saviez-vous que les premières traces de pain découvertes datent de 30 000 ans avant Jésus-Christ?  Le pain unit à travers le temps et les frontières. 
 
En cette journée où nous faisons mémoire de la dernière Cène, partageons le pain!


Mercredi 17 avril 2019 – Communion de prière
 
Je vous propose de choisir une personne ou une cause qui a besoin d’aide, de prière…  En pensant à elles, à eux, cultivez la confiance, la joie, la paix et le courage. 
 
Je vous invite à élargir votre prière et à confier au Seigneur toutes les personnes que soutiennent les autres pèlerins sur notre route vers Pâques.   Unis par la foi qui n’a pas de frontière, nous devenons une mosaïque de prière, riche de sa diversité, forte de sa solidarité. 
 
Communion de prière,
Julie-Hélène


Mardi 16 avril 2019 – Être solidaires
 
Ce matin, deux nouvelles ont capté mon attention : les lendemains de l’incendie à Notre-Dame de Paris et les inondations en Beauce.  Face à l’urgence ou à la catastrophe, il est touchant de voir toutes les personnes qui se lèvent et qui contribuent à amoindrir, protéger, réparer…  Chacune et chacun selon le don reçu.
 
Les pompiers qui éteignent le feu.  Les gens qui prient.  Les autorités qui prennent des décisions et organisent les secours.  Les mécènes qui donnent.  Les bénévoles qui accueillent les sinistrés.   Le Christ s’est fait chair et il a habité parmi nous (Jn 1, 14).
 
Bonne Semaine Sainte,
Julie-Hélène


Lundi 15 avril 2019 – Devant la croix
 
Pendant que j’écris la réflexion du jour, à Paris, des pompiers luttent contre l’incendie qui s’attaque à l’emblématique cathédrale Notre-Dame de Paris.  Les images sont saisissantes.  Quand nos monuments s’effritent ou s’effondrent, quand ce que nous croyions solide et intouchable devient fragile et vulnérable, alors nous perdons pendant quelque temps nos repères.  Et je me questionne, quel sens donner à tout cela en ce début de Semaine Sainte…
 
Et je pense aux apôtres, devant la croix… 
Et je pense à cette promesse de la Résurrection…
 
Bonne Semaine Sainte,
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

RÉFLEXIONS

2019-06-03
En ce printemps d’humanité qui se fait attendre, il nous faut creuser nos racines pour résister dans le temps, pour résister dans le vent.
 
Que le Seigneur nous donne la grâce de travailler à sa vigne comme Lui l’entend!
 
Qu’il nous fasse voir les pousses neuves d’une vie qui peut renaître.
 
Malgré tout, malgré les situations les plus désespérées… et parfois désespérantes.
 
Peuple de Dieu, tu as pour vocation de participer à la vie de Dieu, à ouvrir à cette présence un peuple assoiffé de Vrai.
 
Que le Seigneur nous donne la grâce de célébrer le temps vers la Pentecôte dans toute sa profondeur.
 
Paix! Shalom!
 
L’enracinement de l’espérance chez la Bienheureuse Élisabeth Turgeon
 
L’espérance de Marie Élisabeth Turgeon s’enracina dans un terreau bien humain. Dans sa petite enfance, fragile de santé, elle dut compter totalement sur l’amour bienveillant et bienfaisant des siens pour la satisfaction de ses moindres besoins. Elle apprit ainsi à tout attendre et à tout recevoir de l’amour des autres.
 
Jeune enfant, son bonheur était déjà en Dieu. Son attrait pour le spirituel et sa joie devant le Tabernacle le disent clairement. Ses rêves d’être toute à Dieu dans le silence et la prière de la vie religieuse furent brisés temporairement par la mort de son père alors qu’elle n’avait que 15 ans. Dieu, le Père par excellence, voulait sans doute lui révéler déjà dans la lumière de la croix que la source de tout bonheur durable ne se trouve qu’en Lui et que c’est de Lui qu’elle devra attendre le secours dont elle aura besoin pour accomplir la volonté divine. Le cœur de l’adolescente comprit le message. Déjà, le chemin de son espérance s’annonçait comme une longue patience.
(Extrait de la Positio, pages 763-764) à suivre…
 

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2019-06-03
                       Clin d’œil sur les lieux de mission
                    Des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire

 
 
Amqui
 
Fondation : 1902, quatre religieuses, dont trois enseignantes.
 
Clientèle scolaire : Dès la première année, le nombre d’élèves passe de 114 à 158. En 1911, ouverture d’une classe de commençants, en face de l’école, 1918 agrandissement pour 2 classes. Ouverture en 1921 d’une Académie pour les garçons (164).
 
Événements : En 1922, entrée dans une belle grande église neuve. La célébration du 25e anniversaire de l’arrivée de sœurs dans la paroisse 1927; occasion de joie et de « gratitude pour l’œuvre d’éducation qui s’accomplit. » En 1946, le Conseil général, après une entente avec la Commission scolaire et les Ursulines de Rimouski, décide de rappeler les sœurs d’Amqui. L’ouverture d’une École normale dans la paroisse sera confiée aux Ursulines, car, à cette époque, les Écoles normales de Sainte-Rose, 1940 et de Mont-Joli, 1942 requièrent tout le personnel disponible chez nous pour ce genre d’institution.
 
Œuvre : de 1902 à 1946, quatre-vingt-cinq religieuses ont vécu à Amqui. Ont été préparées au brevet modèle d’enseignement, 102 jeunes filles. Retour des religieuses en 1973, pour continuer l’œuvre d’éducation : enseignement, tâche pédagogique à la Commission scolaire et pastorale paroissiale.
 
Présence : 1902à 1946 – 1973à 2011. Les religieuses se sont dévouées plus de quatre-vingts ans dans cette belle paroisse de la Vallée de la Matapédia!
 
Val-Brillant
 
 Fondation : 1902, trois religieuses enseignantes qui reçoivent les bons services d’une demoiselle, comme cuisinière.
 
Clientèle scolaire : Un retard dans la construction du couvent est la cause d’une entrée scolaire tardive, 30 septembre; 180 élèves, garçons et filles sont regroupés en 5 classes. Dès 1911, « les parents réclament la possibilité de l’enseignement du piano à l’école », 10 élèves s’inscrivent et réussissent les examens du programme musical. Cette même année, 4 élèves obtiennent leur brevet d’enseignement du Bureau Central. En 1914, 259 élèves inscrits. On construit une école pour les garçons dont les Frères Maristes prennent la direction 1918 à 1967.
 
Œuvre : Les religieuses s’occupent de la chorale des jeunes, enfants de chœur, préparation des ornements sacerdotaux, décoration des autels. Elles organisent : Cercle des Jeunes Naturalistes, Croisade du Saint-Rosaire et Croisade eucharistique. Au concours du timbre de Noël, deux élèves méritent une mention spéciale, 1954. Les élèves de 7e années montent une mini-expositions à l’occasion de l’Expo 67. De 1981 à 1997, une seule religieuse enseigne à l’école élémentaire.

Événements : L’ancien couvent est détruit par le feu en 1970. Le nouvel immeuble scolaire est prêt en 1972 pour accueillir les élèves : 6 classes régulières et une classe maternelle. En 1965, les élèves du secondaire quittent l’école paroissiale pour fréquenter la Polyvalente d’Amqui.
 
Présence : De 1902 à 2004, les religieuses ont vécu et œuvré dans la paroisse Val-Brillant. Village agricole situé dans la seigneurie du Lac Matapédia, il offre diverses activités nautiques grâce à son plan d’eau, 1er en importance dans la Vallée et 2e dans tout l’est du Québec. Et aujourd’hui, c’est à voir!
 
Ristigouche 
 
Fondation : 1903, trois religieuses arrivent à la réserve indienne de Ristigouche alors « administrée par le Département des Affaires indiennes, sous la dépendance du Gouvernement fédéral d’Ottawa. Ces Micmacs sont tous catholiques. De 1895 à 1903, l’institutrice est une indienne diplômée, Miss Mary Isaac. »
 
Clientèle scolaire : Une religieuse, tout en apprenant la langue micmac sous la direction d’un Père Capucin, enseigne à une soixantaine de petits Indiens plus ou moins assidus. Une fois par semaine, les femmes indiennes et leurs fillettes reçoivent des leçons de tissage, de couture, de tricot, de reprisage et de remaillage, dans les locaux des sœurs. En 1909, le Département construit une maison à deux étages : deux classes et une salle d’enseignement ménager; 1921 le nombre des élèves a doublé, on organise une 3e classe dans une partie de la salle ménagère. Les sœurs ouvrent une classe pour les enfants des Blancs qui vivent dans la Réserve. En 1937, deux écoles; une pour les Indiens et une pour les Blancs. Une école ouvre ses portes à Cross Point et deux religieuses y arrivent en 1951. L’École secondaire et l’École normale anglaise (Saint-Joseph Teacher’s College rassemblent des étudiants des alentours et une vingtaine de religieuses : année prospère 1960. Le Secondaire français est transféré à Matapédia en 1967, le Secondaire anglais à Cross Point et l’École normale anglaise à Gaspé. Le Ministère des Affaires Indiennes décide que les Indiens fréquenteront désormais l’école à Campbellton au Nouveau-Brunswick. (1969)
 
Événements : À l’école Sainte-Anne de Ristigouche, trois intrusions se produisent, 1969-70 et celle de 1971, pendant les vacances d’été. À l’automne 1971, cette école et le couvent sont entièrement détruite par les flammes. Les religieuses continuent leur enseignement dans des classes improvisées à Pointe-à-la-Croix et pensionnent chez les Hospitalières de Saint-Joseph à l’Hôtel-Dieu de Campbellton. La mission ferme définitivement en 1972.
 
Présence : De 1903 à 1972, les religieuses ont dispensé l’enseignement à la fois pour les Indiens et pour les Blancs et formé des professeurs à leur École normale anglaise de 1961 à 1967. Dommage que le vandalisme ait assombri près de 70 ans de labeur et de dévouement… Heureusement, nous pouvons bénéficier des documents d’Archives sortis de la maison, lors de la troisième intrusion, à l’été 1971!

                                                                                           

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire