×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2021-02-02
De bon
      coeur

 

Ces derniers mois, de nombreux artistes se sont exprimés sur leur vie personnelle. Qu’avons-nous réalisé à les entendre dire?
 
  • Travailler selon leurs motivations profondes, même si c’est difficile et parfois très exigeant;
nous apparaît comme source d’authenticité…
 
  • Rechercher l’excellence dans l’accomplissement de leur métier ou profession;
nous apparaît comme source de vrai bonheur…
 
  • Reconnaître l’apport indispensable de leur famille et de leurs proches;
nous apparaît comme source de richesses…
 
  • S’investir dans des causes humanitaires grandes ou petites;
nous apparaît comme source d’oubli de soi…
 
  • Aimer la nature comme au temps de l’enfance;
nous apparaît comme source d’harmonie…
 
Que ces personnes nous révèlent « la précarité de la célébrité » ou l’ardeur de l’engagement, toujours nous percevons la voix de l’amour…
 
Voix propre à toute personne! Sans tarder, mettons-nous à son écoute… la découverte sera alors Source de Vie!...
 
Bonne réflexion!
 
Lisette d’Astous, R.S.R. 
 
 
 

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2021-02-02
« La grâce de Dieu s’est manifestée. »
                                 Tite 2, 11

 
Inconcevable alliance!  

Brûlure au cœur!
 
Des fils et des filles des hommes en furent marqués dans tout leur être.
 
Au sein de leur cortège, se profile le visage d’une femme de chez nous.
 
Elle se nomme Élisabeth Turgeon.
 
Née à Beaumont, le 7 février 1840, elle fut, dès le lendemain, consacrée enfant de Dieu, de Marie et de l’Église. Et elle reçut ce prénom aux résonnances historiques merveilleuses, certes, mais aux promesses non moins gracieuses.
 
Élisabeth la toute frêle est devenue ce « vase d’élection », cette coupe privilégiée où l’Amour établit sa demeure, où les Trois vivent leur tendresse réciproque et leur sollicitude pour les humains.
 
La coupe est fragile; le vin, capiteux !
 
Élisabeth, si frêle que les jeux des enfants de son âge ne lui sont pas accessibles ! que la fréquentation régulière de l’école lui est impossible !
 
Élisabeth, humble petite Élisabeth, ton Dieu pétrit ton être, pour que tu deviennes ce bon PAIN qu’il est lui-même et que tu seras pour les autres lorsque ton heure viendra.
 
Il veut vivre par toi et en toi l’amour de tendresse et de sollicitude qui remplit son Cœur et celui de Marie, sa mère, pour les enfants, « portion chérie de son troupeau ».
 
C’est à la fois le don qu’II te fait et qu’Il te demande.


Il te fait porteuse et donneuse de VIE.
 
Il a conclu avec toi une alliance qui sera ta lumière et ta force jusqu’à ton entrée dans « le beau ciel ».
_______________________________
Leurs yeux verront la tendresse de Dieu par Thérèse Picard, R.S.R. pages 3-5
 

 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2019-10-28

En septembre 2019,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2021-02-02
Prière d’une jeune fille
 
Seigneur, aujourd’hui, je me sens impuissante
Car je ne suis ni médecin, ni infirmière, ni aide-soignant.
 
Mais grâce à la toute-puissance de ton Amour infini,
Je vais tout te donner, tout mon cœur, chaque instant de ma vie.
 
Que chaque service que je rends gratuitement,
Devienne force pour le personnel soignant.
 
Que tous les mots gentils que je dis,
Transforment les peurs en sentiments de paix.
 
Que tous les sourires que j’offre autour de moi,
Soient autant de mouchoirs pour effacer les larmes.
 
Que tous mes rires éclatent en rayons de joie,
Et se changent en soleil pour réchauffer les cœurs.
 
Dans ce moment où je te confie
Les soignants, les malades et tous ceux qui sont isolés,
Les pauvres, les personnes fragiles et les personnes âgées,
Seigneur je te prie
Donne-moi des idées, pour mieux t’aimer
Pour mieux aimer les autres, les réconforter.
 
Dessins, lettres, coups de téléphone...
Que vais-je offrir aujourd’hui?
 
Et à qui? Mon parrain, mon oncle, ma mamie?
Tout, pour mettre plus de joie, plus d’amour, plus de vie!
 
Seigneur, j’ai trouvé! Youpi!
Et je te dis merci!
 
                                                           Pris sur le Net
 
 

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pentecôte - Semaine 7

2020-05-25
Vendredi 29 mai 2020 – Que Souffle l’Esprit!!!
 
Il nous l’a promis.
D’être toujours avec nous.
De nous envoyer un grand défenseur,
Souffle de Sagesse et d’Intelligence
Force et Conseil
Et c’est par les petites ouvertures de nos enfermements
Par là où nous ne l’attendons pas
Par nos faiblesses et nos fragilités
Qu’il entre dans nos vies,
Tel un grand coup de vent ou une brise légère.
L’Esprit murmure dans nos silences
Ouvre nos regards aux milles possibles
Recoud d’un fil d’or nos relations blessées.
 
 En cette fin de Chemin de Pentecôte,
Que Souffle l’Esprit!!!
 
Bonne route,
Merci pour le chemin partagé,
Je serai de retour avec le temps de l’Avent,
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie
Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire


Jeudi 28 mai 2020 – Être témoin
 
L’autre jour, en feuilletant la Bible, mes yeux se sont posés sur la conclusion de l’évangile de Jean.
 
Jésus a accompli encore beaucoup d’autres actions. 
Si on les racontait par écrit l’une après l’autre,
je pense que le monde entier
ne pourrait pas contenir les livres qu’on écrirait.
(Jn 21, 25)
 
Et ces actions du Christ se continuent, dans nos cœurs, dans nos vies.  Par nos paroles, nos écrits, notre façon d’être, soyons témoins de sa Présence vivante et agissante.
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Mercredi 27 mai 2020 – Voir
 
« Voici que je fais une chose nouvelle :
elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ?
Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert,
des fleuves dans les lieux arides. »
(Is 43, 19)
 
Voir.  Ouvrir nos yeux, ouvrir notre cœur, ouvrir notre foi et notre espérance pour voir.  Nous laisser toucher par le Christ pour voir.  La vie, la nouveauté, le don de Dieu germent déjà.  Ne les voyons-nous pas?
 
Bonne route,
Julie-Hélène

Mardi 26 mai 2020 – Relire notre expérience
 
Juste avant la Pentecôte, avant le grand coup de vent et les langues de feu, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit, au Cénacle.  
 
La Pandémie nous invite à transformer notre regard et nos façons de faire.  Elle nous invite à un renouveau, à une résurrection.  Afin de favoriser l’enracinement de nos prises de conscience, prenons un temps ensemble, de près ou de loin, en famille, entre amis, avec les membres de nos communautés d’appartenance, pour relire les événements.  
 
Bon Cénacle,
Julie-Hélène


Lundi 25 mai 2020 – Se laisser dérouter
 
Les évangiles nous offrent plusieurs récits où Jésus se laisse dérouter du plan initial : les noces de Cana, la Samaritaine, la Cananéenne, Zachée…  L’imprévu devient alors temps de Dieu, temps pour manifester Sa gloire et Sa miséricorde. 
 
Dans les surprises et les contretemps de nos routes, laissons Dieu transformer notre eau en vin.
 
Bonne déroute,
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

QUELQUES ÉCHOS DE L’ŒUVRE EN CE MOIS DE SEPTEMBRE 2020

2020-09-14

Au début du mois de mars dernier, une lettre était adressée aux personnes associées et personnes-liens, les invitant à participer à un rassemblement à la maison mère, le dimanche 5 juillet, pour souligner le 35e anniversaire de l’Œuvre des personnes associées. Quelques jours plus tard, une situation hors du commun, une pandémie, nous forçait à tout mettre sur pause, y compris les projets.

Dans ce contexte, la Congrégation a dû changer, à deux reprises, la tenue du chapitre général, le reportant finalement du 4 au 18 décembre 2020. Compte tenu du report du chapitre en décembre et compte tenu surtout du lot d’incertitudes qui brouillaient toutes les prévisions, la fête du 35e anniversaire à la maison mère a dû être annulée.

Toutefois, une célébration, créée tout spécialement par Sœur Laurette Villeneuve, a été envoyée à chacun des groupes. Lorsque les circonstances le permettront, les différents milieux pourront fêter ensemble, dans l’action de grâce, le chemin parcouru au long de ces 35 années.

Nous en profitons pour signaler que sept personnes associées, du Canada, célèbrent aussi cette année leur 35e anniversaire d’engagement. Ces personnes ont déjà reçu, ou recevront bientôt, une carte de félicitations pour leur fidélité à transmettre le charisme de tendresse et de sollicitude, à la manière de la Bienheureuse Élisabeth Turgeon.

Grâce à la technologie, il nous a été possible, malgré les circonstances, de tenir une rencontre virtuelle avec les membres de Réseau de soutien, le 16 juin dernier. Le premier sujet abordé invitait les participants à partager leurs sentiments et leurs impressions à la suite de la période de confinement vécue.

Qu’ils soient des États-Unis, du Pérou, du Honduras ou du Canada, les participants ont tous parlé du climat d’inquiétude et d’incertitude dans lequel ils se retrouvaient plongés au quotidien. Ce qui les a réconfortés, c’est le mouvement de solidarité, d’entraide, de partage qui s’est largement manifesté dans leur milieu.

Peu à peu, le sentiment d’impuissance ressenti a fini par céder la place à un certain abandon confiant. Plusieurs personnes ont signalé un renforcement des liens au sein des couples, des familles et au sein des groupes de prières et de personnes associées. On ressentait, en quelque sorte, le « besoin de retourner à l’essentiel ».

Bien sûr, l’animation des groupes de personnes associées se ressent aussi de ces bouleversements. Mais, comme le mentionnaient les participants au Réseau, il est important de maintenir des liens au sein des groupes. Les moyens de le faire changent; il nous faut faire preuve de débrouillardise et de créativité. Ainsi la célébration du 35e pourrait servir de prétexte à des rencontres virtuelles, soit sur Skype ou Zoom ou tout autre logiciel de communication. Chaque milieu peut choisir une formule adaptée aux personnes et conforme aux exigences sanitaires.

En restant unis dans la prière et en gardant le cap sur l’espérance, nous pourrons miser sur les grâces de sagesse et de sérénité qui nous seront certainement données pour nous aider à vivre le mieux possible cette période particulièrement difficile.

En terminant, nous empruntons le souhait de l’archevêque de Rimouski, Mgr Denis Grondin, dans son message du 28 mai dernier : « À tous les groupes et associations portés par l’enthousiasme de la mission, joie et audace dans l’après Covid où l’Esprit Saint crée et recrée! ».

Pour l’équipe,
Lise Blouin, collaboratrice nationale du Canada.

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2021-02-05
           Clin d'oeil sur les lieux de missions
           des Soeurs de Notre-Dame-du-Saint-Rosaire
 
Les Hauteurs

Fondation : En 1938, 4 religieuses arrivent à la mission de Saint-François-Xavier-des-Hauteurs pour dispenser l’enseignement à l’école du village.
 
Clientèle scolaire : Cette année-là, « 90 élèves s’installent dans le silence le plus parfait sur les bancs de la vieille école ». En 1944, une 3e classe est nécessaire pour les 121 élèves inscrits, mais les membres de la Commission scolaire trouvent cet ajout trop dispendieux pour leur moyen. Le curé obtient un octroi et la 3e classe est ouverte dans la sacristie de l’église. L’école est finalement agrandie et 146 élèves sont répartis dans 4 classes, en novembre 1945. Les garçons, à partir de la 3e année du primaire fréquentent un collège neuf, en 1949. Au couvent, entre 1950-1956, une bibliothèque est organisée, une classe ménagère pour 20 demoiselles et une classe de 11e année. On construit un couvent neuf en 1958 et inaugure le transport scolaire en 1959. Avec la centralisation des années 1960, la clientèle scolaire diminue et les religieuses quittent en 1978.
 
Œuvre : Différentes associations alimentent la vie étudiante : Croisade de Notre-Dame du Saint-Rosaire, Semaine de l’Éducation, Service Missionnaire des Jeunes, Semaine étudiante, Jeunes du Monde, Festival d’automne.
 
Événements : L’église paroissiale est détruite complètement par les flammes, en 1997. Une église neuve est reconstruite et la première messe, celle de Noël, est célébrée, en 1998.
 
Présence : Dès 1875, les premiers colons s’installèrent à la municipalité Les Hauteurs, territoire de montagnes et de lacs. L’économie locale se caractérise par l’agriculture, la présence de scieries et   l’élevage de faisans. Une présence de 40 ans dans cette paroisse demeure encore un souvenir joyeux inscrit dans notre histoire!
 
 
Saint-Antoine-de-Padoue
 
Fondation : Trois religieuses arrivent à Padoue pour assurer l’ouverture des classes, le 3 octobre 1938.
 
Clientèle scolaire : Les 101 écoliers sont répartis en 3 classes : 1ère et 2e années, 41 élèves, 3e et 4e, 36 élèves et 5e, 6e,7e années, 24 élèves. En 1940, 12 élèves se présentent aux examens de 7e et 9e années et tous reçoivent leur parchemin remis par l’inspecteur d’école. Quel succès! En 1941, on procède à un classement original des classes : 1ère, 2e, 3e : classe des Lis, 4e, 5e : classe des Églantines, 6e, 7e, 8e, 9e : classe des Roses.
 
Œuvre : Dès 1938, des activités s’organisent et demeurent tout au long du parcours scolaire : fête des Mères. Distribution des prix, pique-nique, plantation d’arbres fête des Fondateurs : étude de l’œuvre de Marguerite Bourgeois, Jeanne-Mance et Mgr de Laval. S’ajoutent à cela, la présence aux offices religieux donnant sa quote-part au chant liturgique et la préparation de saynètes dans le but d’apprendre à s’exprimer en public.
 
Présence : En 1967, les religieuses quittent l’enseignement dans cette paroisse laissant la relève aux institutrices laïques. Mais en 1976, deux religieuses reviennent et assument la tâche pastorale jusqu’en 1991. Quel que soit leur rôle, les religieuses ont vécu d’heureux moments au sein d’une « population simple, pacifique et sympathique ». Il valait la peine d’habiter en deux étapes : 29 ans et 15 ans dans cette petite municipalité du Bas-Saint-Laurent...
 
 
Saint-Luc-de-Matane
 
Fondation : En 1938, 4 religieuses sont désignées pour prendre la direction de l’école, à Saint-Luc-de-Matane.
 
Œuvre : De 1938 à 1976 nous savons que près de 70 religieuses ont répondu aux besoins de la population, soit par l’enseignement au primaire et au secondaire, l’animation liturgique, la direction des enfants de chœur, l’entretien des vêtements liturgiques et de l’église, la présence auprès des personnes éprouvées et leur participation aux activités parascolaires. En 1976, la gente écolière en diminution à Saint-Luc est acheminée à Matane. Là, elle reçoit un programme à plusieurs options et mieux adapté aux aspirations des élèves. Les religieuses quittent cette année-là, ayant déjà formé la relève d’enseignants.
 
Présence : Les religieuses sont présentes à Saint-Luc dans le domaine scolaire de 1938 à 1976; elles reviennent de 1982 à 1992 avec un mandat d’agentes de pastorale assumé par deux religieuses. De 1994 à 1997, deux autres religieuses accomplissent avec ardeur et compétence diverses tâches dans cette petite localité. De génération en génération, les gens ont tiré leur subsistance de la culture de la terre et de l’exploitation forestière. Ils ont su collaborer avec les religieuses et gagner leur affection pendant un demi-siècle bien sonné... Grand merci!
 
Lisette d’Astous, R.S.R.

 
                            

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire