×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2022-04-14
Vie

                     Espoir
 
 
Une terrible réalité envahit actuellement l’univers. Des peuples en souffrance crient leur désolation à leurs semblables. Ceux-ci ne peuvent que murmurer l’impuissance et le désarroi. Le cœur peine à battre, devant l’atrocité...

Mais il est là, le cœur :
-  dans les bras tendus vers qui chancelle...
-  dans les douces caresses à l’enfant, au regard craintif...
-  dans les secours silencieux offerts sans distinction d’origine...
-  dans le même et intense désir de vivre en paix...

De toute évidence, cette force intérieure révèle le Bon Dieu qui ressuscite dans les cœurs! La Vie renaît, c’est le printemps de Dieu...
Pâques fleuries! Triomphe de l’Amour!
 
Lisette d’Astous, R.S.R.

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2022-04-14


UN CERTAIN 3 AVRIL...
 
 

« A la troisième demande de Monseigneur Jean Langevin,

Élisabeth Turgeon se rendit à Rimouski le 3 avril 1875.
 
À son arrivée, elle fut conduite à la maison où nos six

demoiselles étaient réunies. On lui fit une ovation de

bienvenue toute cordiale; on pressentait, sans doute, qu’elle

était le souffle vital dont la société naissante avait besoin

pour se constituer et se développer ensuite.»
 
                                   (Les annales de la Congrégation p. 13)
 
« Ce n’est pas aux premiers jours de la semaine, mais bien

samedi de Pâques que Mlle Turgeon arrive : grande,

svelte, figure pâle mais gracieuse, air distingué, un sourire

qui captive, enfin extérieur agréable dans la force du mot. »
 
           
(Positio p. 617)

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2019-10-28

En septembre 2019,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2022-04-14
Tu es là, vivant, près de moi

Merci Seigneur Dieu, notre Père

Pour la vie que Tu nous donnes !
 
La graine dure et sèche
Est devenue une pousse vert tendre.


Aujourd’hui, c’est Pâques !
Jésus, je ne te vois pas,
Mais je sens que tu es là,
Vivant près de moi !

Merci Seigneur Jésus,
Tu m’ouvres le chemin.
Avec ma main dans ta main
Je marche dans la joie !
 
Extrait de « Seigneur, garde ma main dans Ta main » 
(Pâques, Éd. du Signe, 2011)


 

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

2021-08-06
Je m’appelle Olivier.
 
Tous les matins, je me réveille à 6 heures et demie. Mais j’aime beaucoup dormir alors je me lève à 7 heures.
 
Ma mère me dit toujours : « Olivier! Dépêche-toi! »
 
Alors, je saute de mon lit, je m’habille très vite. Je prends mon petit-déjeuner, je cours dans la salle de bain à 7 heures et demie. Je me lave les dents et je sors de la maison à 8 heures. 
 
Je vais à l’école en voiture avec mon père.
 
L’école commence à 8 heures et demie.
À l’école, j’écoute bien mes professeurs et je travaille. À midi, je dîne très vite, parce que j’adore jouer avec mes amis.
L’après-midi à 16 heures, je rentre à la maison.
 
Je suis très fatigué. Je veux jouer, mais j’ai toujours des devoirs. Je commence mes devoirs à 18 heures et je finis à 19 heures.
Je veux dormiiiiir! Mais non ! je ne peux pas dormir parce que c’est l’heure du souper. Alors je mange avec ma famille dans le salon à 20 heures.
 
À 21 heures, je me douche, je me lave les dents très vite et je me couche à 21 h 30. OUF!
 
Texte pris sur le Web

Tout voir




Écho des personnes associées

2022-02-21
Depuis de nombreuses années, les Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire accueillent des laïques femmes et hommes dans le but de s’associer à leur Congrégation. Ces personnes en partage la spiritualité, le charisme et la mission.
 
Jour après jour, elles transmettent le charisme de tendresse et de sollicitude, à la manière de la Bienheureuse Élisabeth Turgeon. Grâce à elles, nous bénéficions d’un rayonnement plus grand dans plusieurs pays.
 
Félicitations pour les 37 ans de fidélité de nos premières personnes associées Mesdames Lise Blouin, Marie-Marthe Lévesque, Ghislaine Ouellet pour leur engagement en février 1985.
 
 
 
 
 

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2022-04-14
                     Clin d'œil sur les lieux de mission
                        des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire
 
Saint-Jules-de-Cascapédia

 
Fondation : Le 19 août 1949, quatre religieuses arrivent à la paroisse de Saint-Jules-de-Cascapédia.
 
Clientèle scolaire : Dès le 5 septembre 1949, les portes de l’école s’ouvrent pour recevoir 140 élèves répartis en 4 classes. Deux religieuses et deux enseignantes laïques assument l’enseignement en français et en anglais. Cela exige donc deux voyages en transport pour les jeunes. Il faut surveiller le matin de 7 h 50 à 8 h 35 et le soir de 15 h 45 à 17 h, longue journée... En 1956, à l’école de Saint-Jules, s’ajoutent les Indiens de la Réserve de Maria. Des travaux de rénovation sont entrepris : parachèvement du sous-bassement, transformation d’une partie de la salle de théâtre : tables et chaises pour accommoder les 150 élèves qui dînent à l’école, les classes sont rafraîchies et embellies. Une fosse sceptique remplace le puisard... En 1961-1962, l’on compte 171 inscriptions, 8 classes. La salle de communauté est transformée en classe. En 1965, les élèves du secondaire fréquentent l’École régionale à Carleton pour les anglais et les français. Seul le cours primaire est dispensé à Saint-Jules. On compte 135 jeunes : 80 français, 46 anglais dont 9 Indiens, 115 élèves dînent à l’école.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement, les religieuses facilitent la participation des élèves à différentes activités : fabrication de crèches de Noël, de maisonnettes d’oiseaux, divers travaux artistiques et ceux du Cercle des Jeunes Naturalistes. Les élèves progressent dans l’étude du chant liturgique et s’impliquent dans la Ligue missionnaire des Jeunes et les Cercles du Bon langage Cependant, les cours bilingues dans les classes à divisions multiples ne donnent pas les résultats attendus.
 
Présence : En juin 1968, le couvent de Saint-Jules ferme ses portes et les élèves sont transportés à l’école de New-Richmond. Les sœurs quittent avec peine le village qui les a accueillies, depuis près de 20 ans. Elles ont accompli leur tâche de religieuses éducatrices et apprécié les gens peu nombreux, mais simples et attachants... Ainsi demeurent-ils encore aujourd’hui, dans un paysage enchanteur de montagnes et de rivières. Destination de choix pour la pêche aux saumons et la vue remarquable sur les monts Chic-Chocs!
 
Saint-Arsène de Rivière-du-Loup
 
Fondation : Le 24 août 1949, quatre religieuses arrivent à Saint-Arsène. Elles prennent la direction de l’école élémentaire-complémentaire du village.
 
Clientèle scolaire : Dès septembre, quatre institutrices dont deux religieuses se partagent l’enseignement : 106 élèves de la 1ère à la 8ième année. « Tous ces chers enfants sont heureux d’entrer dans un beau couvent neuf, d’avoir des classes spacieuses, bien éclairées et bien aménagées. » Dès 1951, on aménage une 5ième classe au sous-sol du couvent. En 1956, on ajoute une 6ième classe pour les 158 élèves inscrits. En 1960, on ouvre une classe temporaire à la salle paroissiale et une autre en 1962. Enfin, l’École Desbiens ouvre ses portes en septembre 1963 pour une partie du cours primaire, 8 classes. Le couvent est utilisé pour les degrés supérieurs et la demeure des religieuses. La clientèle scolaire augmente 320 élèves dans 11 classes. En 1973, seule « la principale de l’école » est une religieuse.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement les sœurs organisent : expositions des travaux manuels et des dessins d’enfants, Cercles des Jeunes Naturalistes, Croisade Notre-Dame du Saint-Rosaire, Semaines  Étudiantes, des Vocations et de l’Éducation. On accueille aussi des stagiaires des Écoles normales, nouvelles méthodes en particulier la Méthode Sablier...
 
Présence : Le 27 juin 1994, les religieuses quittent définitivement la paroisse de Saint-Arsène. Les adieux sont difficiles. « Cet heureux petit peuple, foncièrement agriculteur sait trouver dans la culture du sol, l’aisance et le bonheur. » À Saint-Arsène, plaine fertile et bien cultivée, on sait aussi s’attacher les gens d’autrefois et ceux d’aujourd’hui!...
 
Saint-Valérien de Rimouski
 
Fondation : Le 5 août 1949, après quatre ans d’attente pour les commissaires, 3 religieuses se rendent à Saint-Valérien pour l’ouverture des classes.
 
Clientèle scolaire : Dès septembre, 73 élèves se présentent : une religieuse prend la classe de 36 élèves de la 5ième à la 9ième année et l’autre religieuse la classe de 37 élèves de la 1ère à la 4ième année. Le travail ne manque pas, et cela durant plusieurs années... En 1951, on ajoute une classe et en 1956, une autre classe, de même qu’une annexe de 2 classes. On bénéficie d’une salle ménagère et d’une salle de récréation. Entre 1961 et 1963, on transporte à l’école de Saint-Valérien les élèves de rangs de 7ième à 9ième et ceux de 10ième et 11ième au Bic. Le cours secondaire quitte Saint-Valérien pour l’école du Bic. Seul le cours primaire reste au couvent. Le nombre d’élèves augmente et les religieuses sacrifient leur chapelle, leur salle de communauté et une chambre à coucher pour être transformées en classes pour septembre 1967. En 1968, on reçoit 14 petits de la maternelle.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement primaire et secondaire, les religieuses organisent des Cercles de Jeunes Naturalistes, des Associations diverses qui voient le jour au fil des ans, des réunions parents-maîtres, des cours de musique. Tout cela rend le milieu scolaire des plus attrayants.
 
Présence : De 1949 à 1974, quarante-deux religieuses ont travaillé à Saint-Valérien. Elles ont accompli des tâches d’enseignement, de pastorale paroissiale, d’activités sociales et religieuses. Elles ont apprécié les gens du milieu et collaboré avec eux, selon leurs talents et leurs aptitudes. Avec bonheur, le souvenir et la reconnaissance font partie de notre histoire de Congrégation!...
 
Lisette d’Astous, R.S.R.

 
             

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire