×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2021-06-04
La sagesse de
                        l’abandon
 
 
 
 
Aujourd’hui, le terme « abandon » n’a pas bonne réputation et est souvent associé à lâcheté, rejet et démission. Pourtant, nombreuses sont les circonstances de la vie qui nécessitent l’abandon :
 
  • Au professeur, pour l’étudiant en apprentissage...
  • Au médecin, pour le malade anxieux...
  • À l’entraineur, pour un athlète doué...
  • À l’évaluateur, pour un candidat sérieux...
  • Au public, pour un artiste talentueux...
  • Au climat, pour l’agriculteur vaillant... 


Qu’en est-il de l’abandon pour la croissance de notre vie intérieure et spirituelle?
 
Sans doute, reconnaître que l’abandon à Dieu a unifié tous les aspects de notre vie et apporté la sérénité.

En cette période de floraison, appel pressant à cultiver ce véritable abandon... et la sagesse de Dieu surgira!...
 
Bon courage sur la voie de la croissance,
 
Lisette d’Astous, R.S.R.

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2021-06-05
L’Amour l’a façonnée

Élisabeth n’a que quinze ans! Mais elle n’est pas seule. Quelqu’un en elle aime, se dévoue, est attentif à l’autre. QUELQU’UN qu’elle aime rencontrer plus intimement dans de longues visites au Saint-Sacrement, dans des moments prolongés de prière quotidienne.
 
Le Dieu qui a fait alliance avec elle au jour de son baptême, le Dieu fidèle ne lui manque pas.

À l’âge de vingt ans, elle entre enfin à l’École normale Laval. Les succès couronnent ses efforts.                         
Sa santé, cependant, résiste mal à ce travail ardu.                              
Et dès son diplôme obtenu, elle doit prendre un an de repos près de sa mère.
 
Compter vingt-deux ans; posséder un diplôme de l’École normal Laval, avoir le cœur plein de bonté, de dévouement... et recevoir sa subsistance matérielle de sa mère, veuve depuis sept ans...
 
Comprenne qui peut!
 
Jésus, le Fils du Tout-Puissant, a passé trente ans dans le silence d’une vie de charpentier.
 
Lui, l’AMOUR incarné!
 
______________________________
Leurs yeux verront la tendresse de Dieu par Thérèse Picard, R.S.R. pages 9-10
 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2019-10-28

En septembre 2019,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2021-06-07
MOTS DES JEUNES

Jésus et les enfants

Jésus est pour moi une source de lumière.  Frédéric
 
Jésus
Jésus un nom qui me revient souvent à l’esprit. C’est un nom donné à un homme extraordinaire. Cet homme, c’était le Fils de Dieu le Père.     Antoine
 
Jésus est le meilleur ami de toute ma vie.    Frédéric
 
Moi, je vois Jésus comme un ami, un vrai. Il aime ce que tu es au plus profond de toi.  Isabelle
 
Mais aujourd’hui je sais que Jésus est l’homme le plus pur qui n’ait jamais existé; il parlait si bien de Dieu que je suis sûre qu’il est le Fils de Dieu tout-puissant. Jani
 
Jésus attend de nous une seule chose : « Aimez-vous les uns les autres ».
Il vous dit cela à l’impératif, mais cela est exprimé en amour impératif, car lui ne voulait pas être le grand chef.  Louis-Simon
 
Jésus c’est Dieu qui est venu sur la terre en homme pour sauver notre monde.  Sophie
 
Pour moi, Jésus est le cœur du monde. Il est un être puissant en amour.  Nathalie
 
_____________________________________________
Réflexions écrites par des élèves de sœur Lucette Poirier
 
 
 

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pentecôte - Semaine 7

2020-05-25
Vendredi 29 mai 2020 – Que Souffle l’Esprit!!!
 
Il nous l’a promis.
D’être toujours avec nous.
De nous envoyer un grand défenseur,
Souffle de Sagesse et d’Intelligence
Force et Conseil
Et c’est par les petites ouvertures de nos enfermements
Par là où nous ne l’attendons pas
Par nos faiblesses et nos fragilités
Qu’il entre dans nos vies,
Tel un grand coup de vent ou une brise légère.
L’Esprit murmure dans nos silences
Ouvre nos regards aux milles possibles
Recoud d’un fil d’or nos relations blessées.
 
 En cette fin de Chemin de Pentecôte,
Que Souffle l’Esprit!!!
 
Bonne route,
Merci pour le chemin partagé,
Je serai de retour avec le temps de l’Avent,
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie
Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire


Jeudi 28 mai 2020 – Être témoin
 
L’autre jour, en feuilletant la Bible, mes yeux se sont posés sur la conclusion de l’évangile de Jean.
 
Jésus a accompli encore beaucoup d’autres actions. 
Si on les racontait par écrit l’une après l’autre,
je pense que le monde entier
ne pourrait pas contenir les livres qu’on écrirait.
(Jn 21, 25)
 
Et ces actions du Christ se continuent, dans nos cœurs, dans nos vies.  Par nos paroles, nos écrits, notre façon d’être, soyons témoins de sa Présence vivante et agissante.
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Mercredi 27 mai 2020 – Voir
 
« Voici que je fais une chose nouvelle :
elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ?
Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert,
des fleuves dans les lieux arides. »
(Is 43, 19)
 
Voir.  Ouvrir nos yeux, ouvrir notre cœur, ouvrir notre foi et notre espérance pour voir.  Nous laisser toucher par le Christ pour voir.  La vie, la nouveauté, le don de Dieu germent déjà.  Ne les voyons-nous pas?
 
Bonne route,
Julie-Hélène

Mardi 26 mai 2020 – Relire notre expérience
 
Juste avant la Pentecôte, avant le grand coup de vent et les langues de feu, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit, au Cénacle.  
 
La Pandémie nous invite à transformer notre regard et nos façons de faire.  Elle nous invite à un renouveau, à une résurrection.  Afin de favoriser l’enracinement de nos prises de conscience, prenons un temps ensemble, de près ou de loin, en famille, entre amis, avec les membres de nos communautés d’appartenance, pour relire les événements.  
 
Bon Cénacle,
Julie-Hélène


Lundi 25 mai 2020 – Se laisser dérouter
 
Les évangiles nous offrent plusieurs récits où Jésus se laisse dérouter du plan initial : les noces de Cana, la Samaritaine, la Cananéenne, Zachée…  L’imprévu devient alors temps de Dieu, temps pour manifester Sa gloire et Sa miséricorde. 
 
Dans les surprises et les contretemps de nos routes, laissons Dieu transformer notre eau en vin.
 
Bonne déroute,
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

2021-06-05
RÉFLEXION

 
                                                   « Quel PAS sommes-nous prêts à RISQUER ensemble                                                              
Pour garder vivante la mission confiée et pour assurer l’avenir
De l’Œuvre des personnes associées R.S.R. ? »   
  
             
Telle était la question à partir de laquelle les personnes associées étaient invitées à réfléchir lors de la 3e étape de la démarche préparatoire au Chapitre général, prévu en 2020.  Le  groupe  de personnes  associées R.S.R. de Dégelis accepte de publier le fruit de sa démarche. Voici le texte que la personne-guide, madame Pauline Turcotte, a fait parvenir à l’équipe de Rimouski.

Quel pas à risquer?...                   

Le pas à faire serait celui de la transformation de l’eau (nous) en vin nouveau (Jésus). Se laisser transformer par Jésus et par Marie pour devenir de plus en plus semblables à Jésus (Vin nouveau) par nos morts à nous-même et par plusieurs petits pas à faire pour y parvenir, à travers l’Œuvre des personnes associées R.S.R.

Un pas dans la fidélité, la persévérance à se rencontrer comme groupe, malgré les autres engagements et la diminution du nombre de personnes qui participent. Se réunir plus souvent, plus régulièrement.

Un pas dans la prière, seul ou en groupe. Se donner des moments de silence, d’adoration, des moments pour contempler la Parole. Réciter ensemble un chapelet. Marie étant la première Supérieure de la Congrégation R.S.R., comme le voulait Mère Élisabeth, il est normal qu’elle soit aussi à la première place dans la vie de l’Œuvre des personnes associées R.S.R.

Un pas dans la confiance que l’Esprit Saint nous guide, nous conduit et nous transforme.
          
Un pas dans l’espérance qui nous garde tournés(ées) vers l’avenir.                                                          

Un pas dans le partage, partage de la Parole, de nos expériences, de nos engagements.

Un pas dans la fraternité en gardant des liens avec les autres groupes soit lors d’une mini-retraite, d’une visite, d’un petit rassemblement entre groupes ou lors d’une rencontre à Rimouski une fois par année. Le contact humain est important certes, mais on pourrait aussi, à l’occasion, recourir à des moyens technologiques (Messenger, Skype…) pour se donner des nouvelles.

Un pas dans la tendresse en imitant Marie qui demeure attentive aux besoins de son peuple. Elle qui contemplait, priait, travaillait, elle savait aussi marcher vers les gens de son village pour les accompagner, les aider.    
Entendre et accueillir l’invitation de Mare à « faire tout ce qu’il nous dira » son Fils…

À l’exemple de la Bienheureuse Élisabeth et des religieuses de la Congrégation R.S.R. qui manifestent, par leur accueil, qu’elles se soucient des personnes en premier, apprenons à exprimer la tendresse attractive de Dieu en donnant toute son importance à la personne, comme étant un nouveau lieu d’évangélisation.

Un pas dans la joie et la reconnaissance pour ce lien d’appartenance qui nous unit à la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire et à ses racines.

 
Rendons grâces au Seigneur pour ce privilège! 

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2021-06-04
 
           Clin d'oeil sur les lieux de missions
           des Soeurs de Notre-Dame-du-Saint-Rosaire
 
Saint-Yves, Rimouski-Est

Fondation : Le 2 septembre 1940, quatre religieuses arrivent à Saint-Yves. Paroisse située dans le territoire du quai de Rimouski et érigée canoniquement, en 1938
 
Clientèle scolaire : Dès septembre 1940, arrivent 145 élèves « à l’allure un peu inquiète, curieuse même at aux regards interrogateurs ». Entre les années 1940 et 1950, le nombre d’élèves est en croissance. La population fait construire un collège qui accueille 209 garçons le 1er novembre 1958. En 1965, la Commission scolaire de Rimouski-Est est annexée à celle de la Ville. Le classement des élèves est modifié de même que l’organisation scolaire dans son ensemble.
 
Œuvre : Les religieuses organisent plusieurs activités et instaurent quelques associations : Croisade du Saint-Rosaire, mouvement d’Action Catholique, cercles d’études familiales, Cercle des Jeunes Naturalistes, expositions des travaux ménagers et de bois, journées de vocation, mise sur pied d’une bibliothèque scolaire, sans oublier les réunions missionnaires et les réunions parents-maîtres.
 
Présence : Les religieuses habitent dans une petite maison de 1940 à 1944, année où l’ancien presbytère est aménagé pour devenir leur résidence. En 1952, elles prennent possession d’espaces dans la couvent neuf jusqu’à leur départ, en 1967. L’enseignement au primaire et au secondaire à l’école de Saint-Yves, ainsi que les tâches pastorales témoignent du dévouement des religieuses et de leur collaboration avec les gens du milieu. Aujourd’hui, Rimouski-Est est un site touristique attrayant : Musée de l’Empress qui raconte le naufrage de ce navire, le Phare avec sa vue magnifique sur le Fleuve, visite du sous-marin l’Onondaga. Bienvenue à Rimouski, capitale maritime du Québec!
 
Maria
 
Fondation : Bien que la Congrégation ait accepté la direction de l’école de la Réserve indienne de Maria en août 1940, ce n’est qu’un an plus tard, août 1941 que deux religieuses arrivent à Maria.
 
Clientèle scolaire : Dès septembre, les religieuses ouvrent 2 classes pour accueillir 68 élèves. De 1942 à 1959, ces 2 classes demeurent, avec une moyenne annuelle de 60 élèves. On ajoute une troisième classe de 1959 à 1965. Quatre ou cinq religieuses assument les tâches communautaires et celles de l’enseignement, jusqu’en 1962. Le manque de personnel disponible ne permet pas d’assigner plus de 2 religieuses à la Réserve. Elles continuent d’y œuvrer, tout en demeurant à Saint-Jules, paroisse voisine.
 
Événement : L’intégration des élèves indiens aux classes du village de Maria, en 1965 amène la fermeture de l’école de la Réserve. Les religieuses quittent également la mission de Maria.
 
Présence : Les religieuses ont accompli leur mission d’enseignement et de pastorale paroissiale à Maria pendant plus de 40 ans. Leur présence à la Réserve et celle de leur retour à Maria, en 1986 jusqu’en 2005, font preuve de dévouement et d’une affection profonde pour les gens de ce milieu. Nombre de souvenirs sont gravés dans la mémoire des sœurs qui ont vécu dans ce village gaspésien!
 
Les Méchins
 
Fondation : À la suite des demandes réitérées par les curés depuis 1881, quatre religieuses arrivent enfin à Les Méchins, en 1942.
 
Clientèle scolaire : Les religieuses « se mettent à l’œuvre par l’enseignement à l’école et participent à la vie pastorale ». Au début, elles sont les seules enseignantes au village, mais elles recourent au service d’institutrices laïques au rythme de la croissance de la population étudiante. C’est alors qu’apparaissent 2 écoles : le couvent et le collège.
 
Événement : En 1973, le contexte scolaire change. La direction de l’école primaire est confiée à une dame et celle de l’école secondaire continue d’être assumée par une laïque, depuis déjà 1965. À cette époque, les élèves plus âgés s’acheminent vers l’École Polyvalente de Matane pour y recevoir des cours plus diversifiés.
 
Présence : Dans cette période de changement, la dernière religieuse enseignante quitte, non sans regret, en juin 1975. Présentes durant 33 ans, les religieuses ont accompli leur mission au milieu d’une population vaillante et audacieuse. Elles ont aussi admiré les paysages grandioses et le Fleuve avec son port naturel profond de 25 pieds à marée basse. En 1956, Les Méchins s’est doté d’un chantier naval, Verreault Navigation, reconnu sur le plan international et gagne-pain actuel de la majorité de la population. Les Méchins demeure toujours un endroit touristique magnifique et d’un attrait incontestable à visiter!
 
Lisette d’Astous, R.S.R.
                

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire