×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2021-04-02
 
 
 
 Alléluia
                     Alléluia
 

Quelles que soient notre culture ou nos croyances, Pâques évoque la Vie, la Joie, la Victoire… Qu’en est-il en ce temps de bouleversement planétaire où le terme  « résilience » prend tant d’importance?

Aujourd’hui, Pâques pourrait-il signifier à son tour la « résilience intérieure » :

    - confiance, grâce aux découvertes scientifiques …   
    - puissance des gestes humanitaires petits ou grands …
    - clarté dans les nuits d’angoisse …
    - promesse de Vie faite aux nations ? …

Oui, le chant de Pâques appelle à la liberté, à l’allégresse des retrouvailles, à l’apaisement des cœurs blessés.

Dans les situations présentes qui nous déstabilisent ; prière de ne pas oublier Dieu … C’est Lui qui toujours nous relève! …

Joyeuses Pâques! Jour de Renouveau!  

Lisette d’Astous, R.S.R.

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2021-04-10
Gracieuseté Divine 
 
 
Élisabeth grandit, entourée de l’affection de ses parents, de ses sœurs et de son frère ainé.
 
Les Annales de la Congrégation signaleront :
            « La supériorité de son intelligence, la gentillesse de son caractère, la bonté de son cœur. »

Et comme dans une confidence, elles nous diront que

 
            « Son naturel aimable la rendait particulièrement chère à tous. »
 
Élisabeth demeure dans l’amour des siens et l’Amour demeure en elle. Et dans les profondeurs de son être se fortifient, s’épanouissent les liens qui l’attachent à Celui qui se l’est réservée dans sa tendresse.

Le Seigneur lui-même l’enseigne par l’exemple de sa mère surtout, qu’il lui prodigue soins et attentions. Il lui apprend par l’expérience la qualité exceptionnelle de l’amour qui est le don de sa personne, attention constante à l’autre, souci des plus petits besoins de l’autre.
 
Il lui révèle cette qualité de l’amour qui est « cœur attentif, intuitif, respectueux » ; cœur ouvert à l’autre pour le faire grandir en toute beauté devant Dieu et devant les hommes.
 
Amour maternel, amour créateur, AMOUR...
 
______________________________
Leurs yeux verront la tendresse de Dieu par Thérèse Picard, R.S.R. pages 6-7
 
 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2019-10-28

En septembre 2019,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2021-04-02
MORT – RÉSURRECTION
 
 
Ces réflexions ont été écrites par des élèves de sœur Lucette Poirier lorsqu’elle enseignait à Montréal. Merci à toi Lucette de nous permette de lire la pensée de ces jeunes sur la mort et la résurrection.
 
La mort, c’est un élément triste pour nous, mais pour Jésus, c’est un nouvel ami dans son paradis. (Laurence Bissonnette 5e)
 
La mort, c’est l’entrée dans le Royaume de Dieu à côté de Jésus. (Jean-François Laramée 5e)
 
La mort, c’est entrer dans le plus creux de l’amour de Dieu. (Pascal Garcia 6e)
 
La mort, c’est le moment le plus difficile à vivre. (Anik Bougie 5e)
 
 
La résurrection, c’est avoir une seconde chance pour aimer. (Élisabeth Alescio 6e)

La résurrection, c’est un privilège plus grand que la vie.  (Stéphane Labadie)
 
La résurrection, c’est une deuxième façon de vivre. (Joséelynn Karam 6e)
 
La résurrection, c’est comme une nouvelle vie qui recommence.   (Eric Chacour 4e)
 
La résurrection, c’est d’abord Jésus qui est passé de la mort à la vie pour nous sauver et aller rejoindre son Père.  (Marie-Josée Milot 5e)
 
La résurrection, c’est renaître de la mort. (Anne-Pierre Comtois 5e)
 
 
À suivre une prochaine fois...
 
 
 

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pentecôte - Semaine 7

2020-05-25
Vendredi 29 mai 2020 – Que Souffle l’Esprit!!!
 
Il nous l’a promis.
D’être toujours avec nous.
De nous envoyer un grand défenseur,
Souffle de Sagesse et d’Intelligence
Force et Conseil
Et c’est par les petites ouvertures de nos enfermements
Par là où nous ne l’attendons pas
Par nos faiblesses et nos fragilités
Qu’il entre dans nos vies,
Tel un grand coup de vent ou une brise légère.
L’Esprit murmure dans nos silences
Ouvre nos regards aux milles possibles
Recoud d’un fil d’or nos relations blessées.
 
 En cette fin de Chemin de Pentecôte,
Que Souffle l’Esprit!!!
 
Bonne route,
Merci pour le chemin partagé,
Je serai de retour avec le temps de l’Avent,
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie
Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire


Jeudi 28 mai 2020 – Être témoin
 
L’autre jour, en feuilletant la Bible, mes yeux se sont posés sur la conclusion de l’évangile de Jean.
 
Jésus a accompli encore beaucoup d’autres actions. 
Si on les racontait par écrit l’une après l’autre,
je pense que le monde entier
ne pourrait pas contenir les livres qu’on écrirait.
(Jn 21, 25)
 
Et ces actions du Christ se continuent, dans nos cœurs, dans nos vies.  Par nos paroles, nos écrits, notre façon d’être, soyons témoins de sa Présence vivante et agissante.
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Mercredi 27 mai 2020 – Voir
 
« Voici que je fais une chose nouvelle :
elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ?
Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert,
des fleuves dans les lieux arides. »
(Is 43, 19)
 
Voir.  Ouvrir nos yeux, ouvrir notre cœur, ouvrir notre foi et notre espérance pour voir.  Nous laisser toucher par le Christ pour voir.  La vie, la nouveauté, le don de Dieu germent déjà.  Ne les voyons-nous pas?
 
Bonne route,
Julie-Hélène

Mardi 26 mai 2020 – Relire notre expérience
 
Juste avant la Pentecôte, avant le grand coup de vent et les langues de feu, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit, au Cénacle.  
 
La Pandémie nous invite à transformer notre regard et nos façons de faire.  Elle nous invite à un renouveau, à une résurrection.  Afin de favoriser l’enracinement de nos prises de conscience, prenons un temps ensemble, de près ou de loin, en famille, entre amis, avec les membres de nos communautés d’appartenance, pour relire les événements.  
 
Bon Cénacle,
Julie-Hélène


Lundi 25 mai 2020 – Se laisser dérouter
 
Les évangiles nous offrent plusieurs récits où Jésus se laisse dérouter du plan initial : les noces de Cana, la Samaritaine, la Cananéenne, Zachée…  L’imprévu devient alors temps de Dieu, temps pour manifester Sa gloire et Sa miséricorde. 
 
Dans les surprises et les contretemps de nos routes, laissons Dieu transformer notre eau en vin.
 
Bonne déroute,
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

2021-04-02
Le Ressuscité vit parmi nous! Allez en Galilée, vous le verrez! (Mt 28, 7)
 
 
 Vous le verrez …  comme l'ange du Seigneur l'a dit aux femmes qui sont allées le chercher au tombeau, à l'aube.
 
"Galilée des Gentils",... des gens qui luttent pour gagner leur pain quotidien avec leur travail, leurs efforts; le pêcheur, le paysan, l'ouvrier, le mécanicien, l'artisan, l'artiste, le maçon, la femme au foyer, les femmes qui font tout leur possible pour nourrir leurs enfants, leur fournissent ce qui est nécessaire à leur santé, à leur éducation… Les parents qui promeuvent les valeurs humaines et chrétiennes, qui s'efforcent d'améliorer les conditions de vie de leurs fils et de leurs filles.
 
Vous le verrez …  dans les hôpitaux, chez les médecins, les infirmières, le personnel de service, le personnel administratif, qui risquent leur vie pour en sauver d'autres, surtout en cette période de pandémie. Le Ressuscité vit parmi nous et prend un visage humain dans le cœur des gens de bonne volonté solidaires de la souffrance humaine.
 
Vous le verrez … dans les écoles, maintenant avec un système virtuel, où les enseignants parviennent à dispenser l'éducation nécessaire à leurs élèves.
 
Vous le verrez… chez les étudiants qui relèvent le défi de leur apprentissage virtuel et donnent le meilleur d'eux-mêmes.
 
Vous le verrez … dans les familles qui se réunissent pour partager, dialoguer, rechercher l'unité et vivre les valeurs évangéliques du Royaume.
 
Vous le verrez ... chez les personnes âgées qui prient pour leurs proches dans leur solitude.
 
Vous le verrez … chez les jeunes porteurs d'espérance ; chez les enfants qui, par leur simplicité, nous apportent joie et tendresse.
 
Vous le verrez … chez ceux qui cherchent et combattent pour la justice et la paix et défendent et protègent « la Maison commune ».
 
Vous le verrez … chez les personnes associées R.S.R. qui font preuve de solidarité en posant des gestes de tendresse et de sollicitude pour les personnes qui ont besoin d'un type de présence et d'aide.
 
En tant que famille spirituelle RSR, allons à la « Galilée d'aujourd'hui », reconnaissons et émerveillons-nous devant tous ces signes de résurrection qui nous font dire et annoncer que LE SEIGNEUR EST VIVANT ET VIT PARMI NOUS. Avec la tendresse et la sollicitude qui nous habitent, préparons les "aromates" nécessaires pour "embaumer le corps du Seigneur" ... L'amour qui a poussé les femmes à se rendre au tombeau très tôt le matin, leur a fait vaincre la peur et la mort ... et pleines de joie, elles se sont dépêchées à annoncer la Bonne Nouvelle. Puissions-nous annoncer comme elles, que le Seigneur est Ressuscité, sachant qu'Il nous devance et nous remplit de sa grâce, de sa joie et de sa paix.
 
Joyeuses Pâques!
Dans la joie du Ressuscité,  Adela Tróchez rsr, directrice générale

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2021-04-09
           Clin d'oeil sur les lieux de missions
           des Soeurs de Notre-Dame-du-Saint-Rosaire
 
Matapédia
 
Fondation : En 1939, six religieuses arrivent à Saint-Laurent de Matapédia pour assurer l’éducation et l’instruction des jeunes.
 
Clientèle scolaire : Dès septembre 1939, l’école du village accueille 120 élèves. Les services offerts sont : 3e, 4e, 5e années, français; cours supérieurs anglais et enseignement de la musique; cours supérieurs; 1ère et 2e années, classe bilingue. En 1954, un agrandissement de l’école permet d’accueillir les 184 jeunes de Mill Stream et Sellarsville. Peu à peu les élèves de langue anglaise sont acheminés à Ristigouche. Seuls demeurent à Matapédia les petits anglais de 1ère, 2e, 3e et 4e années. À l’école primaire française, les institutrices laïques remplissent bien leur fonction. Les religieuses sont réclamées à la Polyvalente, jusqu’en 1969. Départ momentané, puisque 5 religieuses reviennent à Matapédia en 1972 pour l’enseignement primaire et secondaire. Une seule religieuse assure la pérennité de l’éducation chrétienne, jusqu’en 1996.
 
Œuvre : En 1939, différentes activités voient le jour : Croisade du Saint-Rosaire, JEC, étude de l’Arsenal des Croisés. En juin 1940, les travaux de catéchisme seront exposés à la Maison mère à Rimouski, durant les vacances de l’été. Les travaux manuels de la grande exposition de 1946, attirent les gens du village et ceux des paroisses voisines : 133 pièces de couture, 73 tricots, 19 reprises, 9 remaillages; 154 travaux sur bois faits par les garçons et préparations culinaires des deux  grandes classes de filles suscitent aussi l’intérêt. Les religieuses dirigent la chorale des jeunes à l’église. Deux normaliennes de Mont-Joli font leur stage à Matapédia, sous l’œil de la directrice religieuse de la section anglaise de l’École normale.
 
Présence : Les religieuses ont accompli à Matapédia, des tâches d’enseignement de 1939 à 1969 et des fonctions scolaires et pastorales de 1972 à 1996. Long parcours, au milieu de gens fort sympathiques! Français, anglais, catholiques et protestants se côtoient en harmonie. Comme la rivière Matapédia se jette dans la Ristigouche et que de là part l’embranchement du chemin de fer qui se rend jusqu’à Gaspé, Matapédia devient un Confluent des cultures et des communications!... Quel site à explorer...
 
Sully
 
Fondation : En juillet 1939 cinq religieuses arrivent au village de Sully dans le comté de Témiscouata
 
Clientèle scolaire : Sont inscrits, 121 élèves : 24 au cours supérieur, 33 au cours moyen, 31 au cours élémentaire et 33 au cours inférieurs. Les cours de musique commencent dès 1944. Le nombre grandissant d’élèves oblige l’ajout d’une cinquième classe dans la salle du Conseil, sous la direction des religieuses, 1947. Un couvent neuf ouvre ses portes en 1953 pour accueillir 186 élèves répartis en 6 classes. Avec la fermeture des écoles de rangs, en 1965, les deux écoles du village comptent 333 élèves : 281 au primaire et 52 au secondaire. Une religieuse en est la directrice.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement, différentes activités sont organisées; rencontres Parents – Maîtres, Cercle des Jeunes Naturalistes, Action Catholique, Semaine de l’éducation et celle des Vocations et Amicale du couvent.
 
Présence : Petit village situé entre Rivière-Bleue et Escourt, l’histoire de Sully remonte à la société de colonisation « Le Crédit Foncier Canadien. » Le but était de rapatrier les Canadiens français établis aux États-Unis. En 1908, sur la plupart des lots du canton d’Escourt obtenus du gouvernement provincial, s’établissent 12 colons dans ce village qu’on appellera Sully. De 1939 à 1973, les religieuses ont enseigné au primaire et au secondaire. Elles ont aussi accompli des tâches reliées à la pastorale paroissiale. Leur ardeur et leur compétence demeurent dans la mémoire des citoyens et dans le cœur des religieuses, la joie de 34 années vécues à Sully...
 
Luceville
 
Fondation : En août 1939 cinq religieuses arrivent au petit village de Luceville, détachement de la municipalité de Sainte-Luce effectué en 1918.
 
Clientèle scolaire : Dès la première journée de classe, 132 élèves sont inscrits et répartis en 4 classes. On ajoute une annexe de 8 classes en 1953. L’école Saint-Albert ouvre ses portes en 1958 pour accueillir dans 4 classes les garçons qui viennent du couvent. En 1967, les 13 classes du couvent et du collège sont disponibles pour les 350 élèves. En 1971, la Commission scolaire de Sainte-Luce s’unit à celle de la Neigette. Par conséquent, les élèves du primaire de Sainte-Luce et de Luceville sont regroupés dans les 2 écoles de Luceville. Les élèves du secondaire vont à Sainte-Luce. En 1975, la direction des écoles primaires est assumée par un personnel laïque.
 
Œuvre : À Luceville, s’organisent : Cercle de Jeunes Naturalistes, Croisade de Notre-Dame du Saint-Rosaire, Archiconfrérie du Saint-Enfant-Jésus, Apostolat de la prière, Action catholique, Service Missionnaire des Jeunes, Garde d’Honneur du Sacré-Cœur, Pieuse Union de la bonne mort, chorale du couvent pour le chant liturgique, cours de musique dès 1948, cours d’enseignement ménager dispensé par une élève du cours supérieur de l’École d’Enseignement  Ménager de Rimouski, en 1950 et cours de dactylographie et sténographie, en 1951.
 
Événement : Les religieuses effectuent plusieurs déménagements de résidences : en 1939, maison au centre d’un champ dont l’espace loué est trop petit, 1940 location dans une maison qui est vendue par la propriétaire et oblige à un 3e déménagement en 1941; 1967, 1970, 1972 sont aussi des années de déménagement jusqu’à la construction, par la Congrégation, d’une résidence habitée par les religieuses de 1972 à 2014.
 
Présence : À Luceville, l’exploitation forestière à des fins commerciales assure la prospérité du milieu. Les gens vaillants et courageux sont solidaires des religieuses dans leur tâche d’enseignement et d’animation pastorale. Ambiance merveilleuse, durant 75 ans de présence!
 
Lisette d’Astous, R.S.R.
 
       
            
                                                                                                                                                         
 
 

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire