×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2020-06-29

                          Rayons de Bonheur

 

Pas comme les autres, l’été 2020 aura quand même son histoire… Qu’elle soit remplie d’amour, de calme, de bonheur :

« Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux, qu’est-ce qu’on attend pour faire la fête, la route est prête, le ciel est bleu » serait peut-être la mélodie française à fredonner?

Oui, porter attention aux plus petites choses, aux gestes chaleureux et aux éclats de rires. Cultiver, comme un jardin, son esprit et son cœur. Orienter dans l’enthousiasme les jours qui se succèdent naturellement, pour qu’ils nous habitent et fleurissent notre vie.

Quels que soient les imprévus, que la force de notre expérience intérieure, nous garde la saveur d’un été agréable!

N’attendons pas pour être heureux; Dieu lui-même nous attend…

Lisette d’Astous, R.S.R.

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

Élisabeth et la correspondance

2020-04-06

Élisabeth, voilà donc ce que je découvre de toi et qui me touche à travers la correspondance. Ton être transparaît dans tes lettres, remplies d’affection, de sensibilité et de fierté. Ce sont les qualités de ton être qui les inspirent. C’est pourquoi tu rejoins les jeunes aujourd’hui. Tu parles à leur cœur, tu es humaine, tu en prends soin et tu leur fais confiance. Ton nom restera gravé à tout jamais dans notre monde parce que ta vie témoigne d’un Au-delà. Tu trouves ta joie et ta consolation dans les bonnes nouvelles que tu reçois de tes soeurs. Ton corps malade, fatigué, te fait communier aux personnes souffrantes. Alors que tu es à bout de souffle, tu me donnes du souffle encore aujourd’hui. Tu es une femme du présent, du présent qui pointe vers l’avenir. Tu traces encore des chemins nouveaux parce que tu vis à travers ceux et celles qui se laissent toucher par tes qualités d’être.

La lecture de la correspondance d’Élisabeth m’a permis de me rapprocher d’elle et de reconnaître la femme qu’elle était dans l’intimité de sa jeune communauté. Élisabeth me touche par les relations qu’elle crée avec les jeunes. Elle les aime avec sollicitude, leur révélant qu’ils sont spéciaux, uniques, aimés, leur manifestant son affection, se permettant de leur offrir des petites gâteries è l’occasion.

À suivre…

__________________________________________________________________
(Tiré de : Élisabeth, quelle femme es-tu? d'Élise Normand, R.S.R. pages 24-25)

 

 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2019-10-28

En septembre 2019,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

LUMIÈRE DE DIEU : JÉSUS

2020-04-06

 Jésus, c’est la force de l’amour, de la vie, de la paix et du partage.

Jésus a des pouvoirs, mais il les utilise pour servir le monde, guérir les gens et non pour servir les riches et lui-même. Il guérit les pauvres.

Jésus, c’est un Sauveur avec une MISSION : développer la terre. Dieu l’a envoyé avec le pouvoir d’aimer. Il est le Fils de Dieu.

S’il y avait une personne triste, mécontente, perdue ou perturbée, son cœur s’illuminerait avec l’amour de Jésus pour la guider vers le bonheur et la paix.

Jésus, c’est aussi le Messie. Dieu l’a envoyé comme berger pour guider ses brebis (les personnes de la terre) vers leur vraie maison.

Jésus, c’est le Christ, la joie et la lumière du monde. C’est le fils de Dieu.

Jésus ne porte pas attention sur la race des gens, mais sur leur cœur, leur façon de penser. Il ne se demande pas s’ils sont riches ou pauvres. Même pour les voleurs, Jésus trouvera toujours un moyen de leur pardonner l’action faite.

Jeune de l’Externat Mont-Jésus-Marie
Montréal

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pentecôte - Semaine 7

2020-05-25
Vendredi 29 mai 2020 – Que Souffle l’Esprit!!!
 
Il nous l’a promis.
D’être toujours avec nous.
De nous envoyer un grand défenseur,
Souffle de Sagesse et d’Intelligence
Force et Conseil
Et c’est par les petites ouvertures de nos enfermements
Par là où nous ne l’attendons pas
Par nos faiblesses et nos fragilités
Qu’il entre dans nos vies,
Tel un grand coup de vent ou une brise légère.
L’Esprit murmure dans nos silences
Ouvre nos regards aux milles possibles
Recoud d’un fil d’or nos relations blessées.
 
 En cette fin de Chemin de Pentecôte,
Que Souffle l’Esprit!!!
 
Bonne route,
Merci pour le chemin partagé,
Je serai de retour avec le temps de l’Avent,
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie
Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire


Jeudi 28 mai 2020 – Être témoin
 
L’autre jour, en feuilletant la Bible, mes yeux se sont posés sur la conclusion de l’évangile de Jean.
 
Jésus a accompli encore beaucoup d’autres actions. 
Si on les racontait par écrit l’une après l’autre,
je pense que le monde entier
ne pourrait pas contenir les livres qu’on écrirait.
(Jn 21, 25)
 
Et ces actions du Christ se continuent, dans nos cœurs, dans nos vies.  Par nos paroles, nos écrits, notre façon d’être, soyons témoins de sa Présence vivante et agissante.
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Mercredi 27 mai 2020 – Voir
 
« Voici que je fais une chose nouvelle :
elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ?
Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert,
des fleuves dans les lieux arides. »
(Is 43, 19)
 
Voir.  Ouvrir nos yeux, ouvrir notre cœur, ouvrir notre foi et notre espérance pour voir.  Nous laisser toucher par le Christ pour voir.  La vie, la nouveauté, le don de Dieu germent déjà.  Ne les voyons-nous pas?
 
Bonne route,
Julie-Hélène

Mardi 26 mai 2020 – Relire notre expérience
 
Juste avant la Pentecôte, avant le grand coup de vent et les langues de feu, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit, au Cénacle.  
 
La Pandémie nous invite à transformer notre regard et nos façons de faire.  Elle nous invite à un renouveau, à une résurrection.  Afin de favoriser l’enracinement de nos prises de conscience, prenons un temps ensemble, de près ou de loin, en famille, entre amis, avec les membres de nos communautés d’appartenance, pour relire les événements.  
 
Bon Cénacle,
Julie-Hélène


Lundi 25 mai 2020 – Se laisser dérouter
 
Les évangiles nous offrent plusieurs récits où Jésus se laisse dérouter du plan initial : les noces de Cana, la Samaritaine, la Cananéenne, Zachée…  L’imprévu devient alors temps de Dieu, temps pour manifester Sa gloire et Sa miséricorde. 
 
Dans les surprises et les contretemps de nos routes, laissons Dieu transformer notre eau en vin.
 
Bonne déroute,
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

2020-04-06

Un message aux personnes associées 

(Via le réseau de support Skype, le 25 février 2020)
 

Je suis très heureuse de vous saluer et de vous voir toujours animés et engagés dans l'Œuvre afin de manifester ce trait caractéristique de Dieu, soit l’amour de tendresse et de sollicitude. Notre charisme est un don de Dieu au monde et je suis reconnaissante pour toute votre contribution personnelle en faveur d'un monde plus humain.

On m'a demandé de fournir ce service en tant que directrice de l’Œuvre des personnes associées. Je me sens petite, mais j'ai beaucoup confiance en Dieu et en vous. J’espère que son Esprit nous inspirera pour continuer à travailler ensemble dans cette mission. Cela signifie que je ne suis pas seule, que nous sommes ensemble pour poursuivre cette mission déjà commencée depuis 35 ans.  Nous avons aussi une belle équipe de coordination générale qui est composée de Sr Maureen, Lise et moi-même et nous pouvons compter aussi sur les comités : central, nationaux et autres personnes collaboratrices.

Nous faisons l'expérience d’un nouveau mode de fonctionnement. Personnellement, je ne réside pas au Canada. Nous verrons ce que l'Esprit nous inspirera. Surtout, j'espère pouvoir aller vous rendre visite et susciter quelques rencontres avec les personnes-guides autant que possible.

Avec Marie, lors des noces de Cana, le miracle s'est produit. Le moment était venu où son Fils Jésus se manifesterait pour changer le visage des gens et transformer l'environnement, accorder la joie du cœur à la fête avec le "vin nouveau".

Nous savons qu'aujourd'hui cette heure devient plus urgente chez les personnes associées, avec leur apport personnel, leur engagement, leur témoignage de vie qui parlent déjà et permettent à "l'eau" (vie, environnement, réalité) de devenir le nouveau et bon vin de la joie, de l’amour, de la solidarité.

En cette année du 35e anniversaire de l'Œuvre, continuons à travailler ensemble et à remercier Dieu pour la fidélité et le dévouement de chacune et de chacun à répondre à cet appel au sein de notre Congrégation du Rosaire.

En ce 35e anniversaire de la fondation de l’Œuvre, l'Esprit de Dieu nous encourage à chercher de nouvelles voies pour entreprendre ensemble le projet d'amour qu'il veut que nous menions pour le bien de son Royaume.

Nous restons ouverts aux inspirations qu'Il nous donnera comme Il l'a fait à Mère Elisabeth, elle qui a été un ferment dans la masse par sa mission d'éducatrice auprès des enfants les plus démunis.

Ainsi, nous espérons qu'avec Marie l’eau deviendra un « vin nouveau et bon » dans nos réalités, là où nous devons travailler ou participer.

Unis dans l'amour de tendresse et de sollicitude,       
Sr Adela Tróchez rsr

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2020-06-06

Clin d'oeil sur les lieux de mission
des Soeurs de Notre-Dame-du-Saint-Rosaire


Beaupré

Fondation : En 1928, 3 religieuses arrivent au petit village de Notre-Dame de Beaupré.

Clientèle scolaire : Les religieuses partagent l’enseignement avec 2 institutrices laïques. L’une d’elles garde les trois divisions inférieures avec 59 élèves et l’autre, du côté de Saint-Joachim, reçoit les élèves de quatre divisions : 7e à la 10e année, avec 23 élèves. Les religieuses enseignent à 80 élèves des niveaux de 3e, 4e, 5e, et 6e années. L’entrée au couvent neuf n’a lieu qu’en 1930. Religieuses, professeurs et élèves sont heureux de prendre possession de leurs nouveaux locaux. En 1965, les Frères des Écoles Chrétiennes quittent la paroisse, après 27 années de service. La directrice du couvent reçoit alors tous les élèves du village, soit 565. Vers 1967, le couvent compte 597 élèves, à l’élémentaire seulement, répartis en 22 classes. Comme au début de la mission, deux religieuses et 20 professeurs laïques se partagent harmonieusement la tâche d’enseignement.

Œuvre : Les religieuses organisent des semaines d’activités : Éducation, Jeunesse en Marche, Jeunes du Monde, Missionnaire, en plus d’initier leurs élèves aux nouvelles méthodes pédagogiques. Cercle des Jeunes Naturalistes, Caisse scolaire, Exposition de travaux ménagers, Formation musicale en piano et Pastorale scolaire suscitent aussi l’intérêt des élèves, d’année en année.

Événement : À leur arrivée, le logement des religieuses n’est pas prêt. Elles enlèvent donc les cordes de bois du côté sud-ouest de la cave de la petite école pour y aménager leur cuisine. Le soir, elles habitent chez une dame Hébert, en attendant la construction d’un couvent.

Présence : De 1928 à 2012, les religieuses ont vécu des années de dévouement et de bonheur au milieu de gens sympathiques et entreprenants… À leur mérite, la participation à l’un des plus hardis projets d’aménagement touristique : le Parc du Mont-Sainte-Anne. Beaupré, ville attrayante à visiter, encore aujourd’hui!

Rivière-Bleue

Fondation : En 1929, 4 religieuses arrivent à Rivière-Bleue.

Clientèle scolaire : La supérieure doit veiller à la marche de l’ensemble de l’école. Les petits sont confiés aux soins des enseignantes laïques et les religieuses dispensent l’enseignement auprès des élèves de la 3e à la 6e année. En 1930, un 7e degré voit le jour et la 8e année s’ajoute en 1931. L’augmentation graduelle des élèves et celle des religieuses exigent un agrandissement en 1935. Le plan prévoit une salle ménagère pour les filles, travaux d’art ménager et deux classes séparées pour les garçons, réalisations de cabanes d’oiseaux et autres travaux sur bois. Les premières religieuses avaient héroïquement accepté des classes de 40, 50, 60 et même 70 élèves, mais on constate rapidement les inconvénients des classes trop nombreuses. Les commissaires en 1941, voit l’opportunité de faire venir des Frères pour les classes de garçons de la 4e à la 8e année. Mais ce n’est qu’en 1944 que les Clercs de Saint-Viateur prennent la charge des garçons au Collège Saint-Joseph, jusqu’en 1962. Au Pied-du-Lac, une école de 2 classes est construite, 1956, pour  accueillir  une  cinquantaine d’élèves de la 1ère à la 7e année. La responsabilité est confiée à 2 religieuses jusqu’en 1963. Au village en 1964, la nouvelle école Notre-Dame de Grâces accueille 539 élèves, 18 classes. Avec la centralisation des Commissions scolaires, 790 élèves franchissent les portes de l’école en 1966. Le niveau secondaire est confié à un laïque à titre de principal. Une religieuse assume le poste de directrice au primaire, jusqu’en 1979.

Œuvre : En plus de l’enseignement, les sœurs rendent la vie scolaire des plus intéressantes : expositions des travaux d’élèves, Cercle des Jeunes Naturalistes : « Gai Ruisseau » actif depuis sa fondation en 1932, randonnées champêtres, pièces de théâtre à la salle paroissiale, célébrations liturgiques en particulier le Congrès Eucharistique, dans la paroisse même.

Présence : De 1929 à 2005, les sœurs du Saint-Rosaire ont vécu à Rivière-Bleue, village aux Frontières du Nouveau-Brunswick et du Maine. Dévouées éducatrices et citoyennes engagées, elles ont laissé un doux souvenir au cœur des gens du milieu. Trois quarts de siècle d’une présence qui façonne l’histoire de la paroisse et celle de la religieuse qui consacre là quelques années de sa vie. Merveilleuse Alliance!

Saint-Octave-de-Métis

Fondation : En 1930, 4 religieuses arrivent à Saint-Octave-de-Métis et prennent la direction de l’école du village.

Clientèle scolaire : On constate que les 3 classes sont surchargées et dès 1930 une quatrième classe est ouverte pour les élèves de 6e et 7e années. Le corps professoral est composé de 2 religieuses et 2 institutrices laïques. D’année en année, les élèves reçoivent un enseignement et une éducation de qualité. Saint-Octave n’échappe pas au phénomène de la centralisation et plusieurs jeunes quittent leur village pour entrer dans les Écoles Polyvalentes. La diminution des élèves oblige les religieuses à se retirer de la paroisse en 1971. Une seule d’entre elles continue sa tâche, en voyageant de Mont-Joli à Saint-Octave, 1971-1978.

Œuvre : Dès 1930, l’Inspecteur d’école écrit dans son rapport : « Elles ont commencé une bibliothèque scolaire, un musée agricole et fabriqué des tableaux d’enseignement. Bravo! Elles ont montré beaucoup de goût dans l’organisation de leurs classes. » Cela n’a pas été un feu de paille : livres appropriés aux enfants s’accumulent sur les rayons et des créations ingénieuses favorisent l’enseignement intuitif. Grâce au Cercle des Jeunes Naturalistes, les élèves ouvrent leurs yeux sur la beauté de la nature et cultivent leurs facultés d’observation » Agriculture, enseignement ménager, travaux manuels sur bois, cours de dessin sont à l’honneur et favorisent la formation intégrale de l’enfant.

 Événement : En janvier 1942, un incendie rase complètement le couvent. Mais les classes continueront… La salle de Fabrique est aménagée pour les 3 classes des religieuses. La salle municipale sert de classe pour un groupe d’élèves. Les sœurs demeurent chez une demoiselle en attendant la construction d’un couvent qui comprendra : résidence des religieuses, 5 salles de classe, salle de musique, grande salle de récréation au sous-sol. Décembre 1942, c’est la fête de se retrouver dans un couvent neuf !

 Présence : De 1930 à 1971, les religieuses ont accompli leur mission à Saint-Octave, avec beaucoup d’ardeur et d’attachement. À l’origine, territoire dans la Seigneurie de la Mitis, le village de Saint-Octave-de-Métis, 1855, voit se détacher de lui en 1897 la partie appelée Métis-sur-Mer et en 1908, le Grand-Métis. Ces transformations heureuses, semble-t-il, sont inscrites dans leur histoire…

 Lisette d'Astous, R.S.R.

                                   

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire