×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2018-12-18
                    

Nouveautés de Noël  2018                    
 
 


En cette période des fêtes, petits et grands magasins font l’éloge de leurs produits pour un Noël magique, un moment merveilleux!...
Pourquoi? Parce que les artisans de publicité savent qu’au fond de nous :
 
Est toujours présente, l’enfance de nos rêves…
Ne s’éteint jamais, le désir de rencontres pleines de tendresse…
Existe vraiment, la joie de partager la richesse de nos cœurs…
 
Ces motivations nous font revivre et c’est très bon. Mais peut-on ajouter à ces promesses, à ces attraits publicitaires :
 
L’allégresse jaillie d’un Mystère qui demeure en nous, jour après jour?
La clarté venue d’une Étoile qui guide nos pas sur les routes du monde?
 
Oui, voilà le cadeau de Dieu, gage d’un Nouvel An de Paix et d’Amour!
 
Avec tous nos souhaits pour vivre une histoire nouvelle!
 
 Lisette d’Astous, R.S.R.
 

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2018-12-18
ÉLISABETH ET JÉSUS
 
Élisabeth, femme de foi incarnée, tu me sembles aussi passionnée dans ta relation avec Jésus. Tout ton être semble y être engagé d’une façon toute affective. Ta grande sensibilité semble être la porte d’accès à cet aimable Sauveur qui invite à la vie religieuse; au divin Maître si libéral dans ses récompenses, au bon Jésus à qui on doit maintes actions de grâces; à Jésus-Enfant pour attirer des bénédictions sur la mission; au Petit Jésus pour lui préparer une place bien chaude dans notre coeur; à Notre Seigneur qui a pour aide les soeurs. Tu précises à Elmire Roy, aspirante, qu’elle deviendrait l’épouse d’un Dieu crucifié mais ce divin Époux donne toujours la grâce nécessaire. Ce qui m’apparaît le plus fort dans ta relation avec Jésus, c’est la dimension de son Coeur, le cœur de Jésus qui se répand. À plusieurs reprises, tu affirmes que les bénédictions divines débordent du Coeur de Jésus, du Divin Coeur de Jésus. C’est en essayant de consentir aux intentions de ce Coeur que tu te sens bénéficiaire de tant de grâces. Tu le communiques à tes lecteurs et lectrices sans doute avec l’espérance de les voir créer l’ouverture nécessaire à ce Cœur débordant d’amour et de grâces.
 
«Que la rosée céleste de la divine bénédiction du Cœur de Jésus se répande sur vous, qu’elle vous éclaire, vous dirige et vous conduise dans la voie qui doit vous mener le plus délicieusement et le plus sûrement à Lui!» (Aux Demoiselles Roy et Allard, 14 janvier 1880)
__________________________________________________
Tiré de Élisabeth, fille du «Bon Dieu», Élise Normand, p. 17
 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2018-09-25

En septembre 2018,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2018-12-18
Prière d’enfant pour Noël  
   
                                                     
Ô Jésus, tout petit enfant dans la crèche,                                                              
je crois que Vous êtes le Fils de Dieu :
j’espère en Vous, parce que je sais que Vous êtes venu                     
pour nous sauver, pour nous ouvrir le ciel.
O bon Jésus, comme les bergers,                                                                     
je veux vous faire un cadeau :
prenez mon cœur, je Vous le donne.
Je suis votre ami : aidez-moi à obéir et à être sage
pour Vous faire plaisir.
Merci, Seigneur Jésus, d’être venu pour moi !
d’avoir souffert sur la paille,
d’avoir eu bien froid dans cette pauvre étable.
Jésus, je Vous aime de tout mon cœur
et je veux toujours Vous aimer.
   (prière prise sur le Net)


 

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Bethléem 2018 - Semaine 3

2018-12-17
 
Lundi 24 décembre 2018 - Laisser Dieu se faire proche
 
C'est la veille de Noël.  Les célébrations vont commencer ce soir.  C'est aussi la fin de notre route, sur le Chemin de Bethléem 2018.  Dans la nuit, va se lever une grande lumière.  Dieu qui se fait proche de nous.  En famille, entre amis, entre collègues ou encore dans nos moments de solitude, laissons Dieu se faire de plus en plus proche. 
 
JOYEUX NOËL!!!
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie
Centre d'éducation chrétienne des Soeurs du Saint-Rosaire
Rimouski

Vendredi 21 décembre – Laisser Dieu naître en chemin
 
Partout au Québec, la pluie verglaçante ralenti les déplacements…
Entre Matane et Baie-Comeau, le bris du bateau complique la traversée des voyageurs…
À l’aéroport Gatwick en Angleterre, des drones empêchent les avions de décoller…
 
Le chemin vers Bethléem ne se fait pas toujours de la façon voulue, ni à la vitesse espérée.  C’est un chemin d’intersections, de détours, de retours en arrière, d’arrêts plus ou moins long…  Dans la foi, avec le Seigneur, comment vivre tous ces aléas du chemin dans la paix et la joie? 
 
N’attendons pas d’être rendus à Bethléem pour laisser Dieu naître dans nos vies.  Laissons sa lumière nous éclairer tout au long du chemin.
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Jeudi 20 décembre 2018 – Raviver son espérance
 
Lors de notre ressourcement de Noël, nous avons demandé à nos collègues d’identifier dans la dernière année un moment, une personne ou un événement qui a ravivé leur espérance.  C’est l’exercice que je vous propose.  Seul, en petit groupe, en famille.  C’est un partage qui est riche! 
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Mercredi 19 décembre 2018 – écouter le chœur des anges
 
J’ai rencontré plusieurs personnes aujourd’hui qui m’ont chanté les louanges de Dieu.  Chacune avait sa couleur et son langage.  Écouter le chœur des anges, c’est se laisser toucher par les rencontres, par l’inattendue, par la beauté révélée sous une autre forme que celle à laquelle nous sommes habitués.
 
Bon concert,
Julie-Hélène


Mardi 18 décembre 2018 – Aider en secret

Dans un de ses enseignements, Jésus nous invite à faire le bien en secret (Mt 6, 1-4).  Faire le bien en secret, pour ne pas attirer sur nous l’attention et la gloire, pour ne pas nous placer au-dessus de la personne aidée.  Faire le bien en secret, pour la joie de donner sans rien attendre en retour, pour le simple bonheur de savoir qu’on a fait pousser des fleurs sur notre chemin.
 
Bonne route,
Julie-Hélène

Lundi 17 décembre 2018 – Ouvrir des portes
 
Vous connaissez les calendriers de l’Avent?  Ceux qui contiennent des petits chocolats, un pour chaque jour en attendant Noël.  Pour avoir le chocolat, il faut ouvrir une petite porte… 
 
En attendant Noël, ouvrons des portes!  La porte à la réconciliation, la porte à la nouveauté, la porte de l’étranger qui a besoin d’aide…
 
Bonne route,
Julie-Hélène

 

Tout voir




Écho des personnes associées

2018-12-18
De Tegucigalpa, Honduras,   
  
Sr Adela Tróchez   
                                                                         
Le 10 novembre, à Tegucigalpa, des personnes-liens et des personnes-guides ont vécu une journée de réflexion. Cette rencontre a permis une prise de conscience de l’importance du rôle et de la responsabilité que ces personnes assument, comme membres actifs de la famille spirituelle R.S.R., en regard du règne de Dieu et de l’avenir de la Congrégation. Les objectifs de cette journée étaient d’aider les personnes-guides à découvrir que l’avenir de l’Œuvre des personnes associées à la Congrégation respire dans leur for intérieur. Les personnes associées ont été invitées à renforcer leur identité afin qu’elles deviennent convaincues de leur responsabilité. Les dates des futures rencontres ont été déterminées de même qu’un sondage en vue d’intégrer quelques personnes-guides à l’intérieur du comité national. Le thème était : « Espère en Dieu : ton avenir respire au fond de toi ».

Quelques jours plus tard, soit le 18 novembre, ce fut la belle célébration de la montée au couvent.  Les personnes associées et les pré-associés étaient présentes avec les sœurs de la maison locale de la Guadalupe. Les personnes associées manifestèrent leur reconnaissance pour la belle et profonde célébration et pour le souper traditionnel partagé.

Blanca et Ernesto Mendoza, associés

Les 20 septembre et 15 novembre 2018, nous avons accompagné Sr Adela Tróchez dans une expérience enrichissante en rencontrant les personnes associées et les pré-associés de  Guáimaca. Dans une belle simplicité, ils ont partagé avec nous leurs expériences de spiritualité, le charisme et la mission héritée de notre fondatrice la bienheureuse Élisabeth Turgeon. Ils ont aussi partagé leur mission concernant leur famille et les différentes activités pastorales dans lesquelles ils sont engagés : les visites aux malades, les groupes de prières, et les services de la liturgie. Dans ces lieux de mission, ils sont attentifs à témoigner de la tendresse et de la sollicitude de Jésus et de Marie. Le travail de l’associée Suyapa Rivera, personne-guide, montre la volonté de bien accompagner les groupes de personnes associées. Son engagement nous encourage car il révèle une volonté de servir les autres et il renforce notre espoir dans l’extension de notre grande famille rosariste.

À l’occasion de ces rencontres, la présence des personnes associées de Tegucigalpa nous a apporté un grand soutien. Nous sommes motivés pour continuer à accompagner les membres de cette communauté et nous pensons que l’expérience peut être vécue ailleurs. Nous sommes confiants dans l’intercession de notre fondatrice et en la présence de l’Esprit Saint.

Maribel Reyes :
« Je vienspartager l’expérience de la retraite du Guatemala. Le Seigneur a été merveilleux, son Esprit nous a rempli de force et a animé le cœur des personnes associées présentes. Avec l’iintercession de notre bienheureuse Mère Élisabeth,nous avons approfondi notre identité de Associé-e-s R.S.R. nous lui demandons aussi que cette identité continue à grandir en qualité et en quantité.
 
Maria AntoniaVelásquez R.S.R.
« Les personnes associées de Yuscaran participent au projet IHER ( Institut Hondurien de l’Éducation par radio). Ce projet vise particulièrement l’éducation des valeurs auprès des jeunes.

Du Pérou
 
Une invitation
Les personnes associées du Pérou invitent leur entourage : parents et amis, à venir célébrer l’anniversaire de naissance de notre bienheureuse Mère Marie Élisabeth.
 
Le dimanche 7 février, une messe sera célébrée. Par la suite, il y aura un partage fraternel et amical. Ainsi, tout en célébrant la venue aumonde de notre chère Mère, nous rendrons grâce pour l’exemple qu’elle nous a laissé de même que pour son charisme de tendresse et de sollicitude.
 
Avec un câlin fraternel et rosariste de tous les associés Péruviens.
                                                                        Claudette Pelletier, R.S.R.

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2018-12-18
                                                              Clin d’oeil sur les lieux de mission
                                                                             des Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire
 

Saint-Anaclet
 
            Le 28 août 1883, les Sœurs des Petites-Écoles sont accueillies à Saint-Anaclet pour l’École Modèle de cette paroisse. Le local est très étroit pour les deux religieuses et leurs nombreux élèves; elles s’installent donc au grenier, comme la plupart des fondatrices de l’époque. Mentionnons qu’il y a aussi cinq autres «maisons transformées en salle de classe à laquelle s’ajoute la chambre de l’institutrice. Ces écoles relèvent de la Commission scolaire de Saint-Anaclet. Le territoire est divisé en autant d’arrondissements qu’il y a d’écoles». En 1918, les Sœurs entrent dans un couvent neuf, agrandi en 1938. L’École Saint-Rosaire,  incendiée en 1945 est reconstruite en 1947. L’appartement des religieuses est transformé en salle de classe en 1971 pour recevoir les élèves du primaire du Collège et ceux du rang 5. Les autres écoles sont fermées. La Congrégation fait donc construire une maison pour les religieuses. Elles y habitent et oeuvrent dans l’enseignement jusqu’en 1995. Elles accomplissent diverses tâches pastorales dans cette «mission des origines de l’Institut», jusqu’en 2014.
 
Barachois
 
            À l’été 1883, deux religieuses arrivent à Barachois et prennent la direction de l’école du village (très petite). En septembre 1884, les Sœurs prennent possession d’une école neuve et assez spacieuse, permettant l’arrivée d’une troisième religieuse, en 1885. Celle-ci est chargée de la classe française. La majorité des élèves étant de langue anglaise, les Sœurs sont obligées de quitter Barachois (1887) faute de relève pour assurer cet enseignement. Heureusement en 1906, la Congrégation peut enfin répondre à ce besoin et les Sœurs reviennent. La population écolière augmente, une nouvelle école est construite (1951). Au cours des années en plus de l’enseignement, des mouvements parascolaires se créent. Religieuses et laïques luttent avec ardeur pour garder les écoles locales, mais Barachois n’échappe pas à la centralisation… Les religieuses «sentant que toute démarche en ce sens s’avère vaincue», elles partent, en juin 1973. Fermeture temporaire, trois religieuses reviennent pour assurer une présence paroissiale pastorale et liturgique de 1976 à 1984. Ce même engagement est repris à Barachois, depuis 2013.
 
Sainte-Luce
 
            En 1885, les Sœurs des Petites-Écoles arrivent à Saint-Luce pour enseigner à l’École Modèle située à trois milles de Saint-Anaclet. Elles accueillent 75 élèves. Les difficultés ne manquent pas «dans la maison école, petite, froide et située à 12 arpents de l’église». Qu’on s’imagine seulement ce que cela demande pour une assistance quotidienne à la messe… Malgré la bienveillance et la compréhension des curés de la paroisse envers les Sœurs et leur aide pour l’avancement pédagogique dans les classes, on ne trouve aucune solution au sujet du logement. Le curé «se voit dans la douloureuse alternative de conseiller aux Sœurs de quitter l’école devenue inhabitable et irréparable et d’aller dans les paroisses où on les demande et où on les attend.» Ce conseil est suivi et les Sœurs quittent définitivement la mission de Sainte-Luce, en juin 1909.
Mont-Joli
 
            «L’histoire des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire à Mont-Joli se module avec l’histoire de cette ville. Ainsi dès le 23 août 1888, la communauté est présente». Les Sœurs s’installent à l’étage inférieur de la chapelle, partie située sous le chœur. La partie sous la nef sert de classe, avec un «mobilier insuffisant pour les 150 élèves à asseoir. Quelle pauvreté»! En juin 1897, des jeunes filles réussissent les examens du Bureau Central des Examinateurs catholiques, prélude de l’intérêt pédagogique de cette population… «En 1913, les religieuses prennent possession d’une école toute neuve appelée Couvent Notre-Dame-de-Lourdes, on y reçoit 338 élèves (6 classes). En 1952, on construit une annexe à cette école pour le cours secondaire. Ce cours est transféré à la Polyvalente en 1969 (2195 élèves, 128 enseignants) et la partie centrale de 1913 est alors démolie. Les Soeurs continuent l’enseignement primaire et secondaire jusqu’en 1988. À Mont-Joli, nombreuses sont les réalisations de la Congrégation : enseignement régulier 1888 à 1988; pensionnat pour les jeunes (1930-1942) qui est en même temps l’École ménagère régionale, transférée à Rimouski en 1941; École normale française de Mont-Joli 1942-1967; École normale anglaise 1953-1961. Seront fusionnées en 1967 : les Écoles normales des Ursulines de Rimouski, l’École normale Tanguay et celle de Mont-Joli. En 1970, les derniers élèves de cette École de l’État deviennent le noyau initial de l’Université du Québec à Rimouski… À Mont-Joli, les religieuses y vivent le début de l’an 2000 : contrat du Patrimoine religieux pour la réparation extérieure de la maison; engagement pastoral et communautaire, lourdes tâches préparatoires à la vente et au départ de la maison, en 2008. En somme, présence longue, diversifiée et fructueuse dans ce milieu de mission.
 
Chéticamp
 
            Les Sœurs des Petites-Écoles se rendent à Chéticamp, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse, en mai 1889; époque de l’ouverture de l’année scolaire dans cette province. Le curé de Chéticamp a fait construire à ses frais un couvent et payé lui-même le salaire des religieuses pendant trois ans. «Cependant son caractère excentrique ne se lasse pas de donner bien des misères aux religieuses. À l’hiver 1892, il quitte la paroisse et contrairement à ses promesses ne donne rien aux sœurs et vend le couvent à un séculier». Les Acadiens vivent dans une extrême pauvreté et malgré «leur grande estime pour les sœurs», ne peuvent assurer un salaire aux religieuses enseignantes. Au printemps 1892, se trouvant sans ressources, les Sœurs des Petites-Écoles quittent à regret cette mission.
 
Lisette d’Astous, R.S.R.
 
             

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire