×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2019-09-02
 Musée R.S.R.
Visiteurs agréables…
Année agréable…

 
Le Bas-Saint-Laurent a connu une croissance touristique, ces dernières années. La région offre des activités culturelles, familiales, sportives sans oublier la restauration de qualité et les randonnées dans un site enchanteur.
 
Chez nous, entre les mois de juillet 2018 et août 2019, 1066 personnes ont visité le Musée, la chapelle, le tombeau et la salle souvenir de notre fondatrice la Bienheureuse Élisabeth Turgeon.
 
De janvier à juin 2019, nous avons accueilli des jeunes inscrits aux parcours catéchétiques. Accompagnés de leurs catéchètes et de leurs parents, ils ont été des visiteurs intéressés par notre histoire éducative et religieuse. 
 
Merci à vous tous qui êtes venus de loin, Colombie, Guatemala, Honduras, USA, Pérou, Bénin, France, Congo ou de près, visiter notre espace muséal. Voici les villes et régions consignées au fil des jours, dans notre journal.
 
Vous qui nous lisez, connaissez-vous ces lieux? Pouvez-vous les situer? Pour le savoir, faites vos jeux… Rimouski, Québec, Montréal, Magog, Toronto, Bic, Sainte-Anne-de-Beaupré, Bonaventure, Trois-Rivières, Lanaudière, Joliette, Sainte-Luce, Beauce, Île d’Orléans, Bois-Francs, Île Perreault, Charlemagne, Saint-Jérôme, Ottawa, Basse-Côte-Nord, Luceville, Montérégie, Laval, Gaspésie, Val d’Or, Longueuil, Lévis, Saint-Arsène, Gatineau, Saint-Bruno, Hull, Saint-Gabriel, Squatec, Rivière-du-Loup, Sainte-Blandine, Saint-Marcellin, Mont Lebel, Hébertville, Baie Saint-Paul, Trois-Pistoles, Matapédia, Pointe-au-Père, Sherbrooke, Matane, Amqui, Témiscouata,  Kamouraska, Métis, Neigette, Sept-Îles, Cacouna, Bagotville, Caplan, Saint-Romuald, Niagara, Granby, Cabano, Saint-Fabien, Saint-Anaclet, Ange-Gardien, Saint-Elzéar de Bonaventure, Rivière-au-Renard.

Chaleureuse invitation à venir nous rencontrer…
Des souvenirs referont surface et votre présence nous réjouira!

À Rimouski, notre histoire est unique.

Lisette d’Astous, R.S.R.
  

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

ÉLISABETH PRIE À DIVERSES INTENTIONS

2019-09-02
Chez les Sœurs des Petites-Écoles, à partir du 3 avril 1875, Élisabeth Turgeon entre dans le rythme de prière adopté, mais elle se permet de prier la nuit quand elle est en face de situations critiques et urgentes.

Chargée de trois directions sans être supérieure, les problèmes se multiplient quant à la subsistance, quant à la formation des novices et quant à la mission qui appelle.  Aussi, Élisabeth développe-t-elle le réflexe du recours à Dieu.  Elle sait d’expérience que s’il nous appartient de préparer le terrain, de le planter et de l’arroser  «...Dieu seul fait lever, croître ce que l’on a jeté dans la terre ».  Elle sait aussi qu’« Avec la protection de Jésus-Christ, les toiles d’araignée sont plus fortes que les murailles et, sans protection, les plus fortes murailles ne sont que des toiles d’araignée » (Sentences).

Dans les lettres écrites à ses sœurs ou aux autorités religieuses, Élisabeth exprime qu'elle et ses sœurs prient
-pour avoir des sujets et de bons sujets aptes à la mission;
-pour que telle situation pénible et embarrassante se règle;
-pour avoir le nécessaire; l'argent qu'il faut;
-pour le succès des examens scolaires;
-pour les malades et les affligés;
-pour que l'épreuve de la solitude soit dissipée;
-pour que se réalisent la gloire de Dieu et le salut des âmes.
 
Élisabeth porte inlassablement dans la prière les multiples préoccupations qui l'habitent.  D'une lettre à l'autre, c'est évident.  Elle a vraiment le réflexe du recours à Dieu en toute occasion, en tout besoin.

(tiré de l’étude Élisabeth Turgeon, une grande suppliante de Cécile Girard, R.S.R.)
 

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2018-09-25

En septembre 2018,  notre programme d’activités s’inscrit dans la ligne de la vision que l’équipe du CEC s’est donnée en 2016.

Vision :  Être une présence d’Évangile au cœur du vécu des jeunes.

Quatre (4) balises importantes :  Accueillir… Sortir (aller vers)…Proposer des expériences… Collaborer …, encadrent nos initiatives,  nos lieux de présence et nos collaborations avec d’autres instances en éducation et en accompagnement des jeunes.

L’énoncé de notre mission :  Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie, constitue un défi incontournable à relever à l’heure des réseaux sociaux omniprésents et dans un  contexte social où la référence religieuse et chrétienne est de plus en plus absente.

Nos interventions se doivent d’être ajustées à ces réalités.  Des expériences de  rencontre avec soi, avec les autres et avec Jésus Christ,  nous semblent un chemin privilégié d’humanisation et d’évangélisation.  

Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, nous vous invitons à  consulter les sessions offertes aux adultes et les diverses activités proposées aux jeunes (5-35 ans).  

Ensemble, supplions la Bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux  qui portent joyeusement la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier auprès des jeunes.


L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 

Pour consulter les activités offertes par le Centre d'éducation chrétienne, cliquer sur:
cec_retour.jpg

Pour accéder aux activités pour les jeunes, cliquer sur:


Pour accéder au site du Pèlerinage Jeunesse Rimouski:  www.pelerinagejeunesseriki.org


 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

LA VIE UNE CHOSE UNIQUE

2019-09-02
Mon Dieu, je rêve…
Que les humains se respectent les uns les autres
Qu’ils s’entraident quand ils sont des difficultés
Qu’ils partagent leurs biens
Qu’ils se pardonnent entre eux
Qu’ils acceptent les autres tels qu’ils sont
Qu’ils soient Noirs, Blancs, pauvres, riches, que mes enfants s’acceptent avec leurs défauts et leurs qualités
Qu’ils ne fassent pas de racisme
Que les gens sachent réaliser que tout le monde est différent mais unique, ça ne les empêche pas d’être gentils et aimables
Qu’ils s’aiment entre eux de tout leur cœur
Qu’ils soient justes et bons
Qu’ils soient unis
 
Qu’ils soient accueillants envers les autres
Qu’ils soient disciplinés
Qu’ils soient responsables et ordonnés
Qu’ils aiment apprendre
Qu’ils apprennent à se connaître
Qu’ils aient de la bonté
Qu’ils soient polis envers toute personne
Qu’ils se respectent
Qu’ils soient honnêtes
Qu’ils écoutent les autres
Qu’ils laissent parler leur cœur
Qu’ils découvrent la beauté de la nature
Qu’ils aient de la joie dans leur vie
Qu’ils comprennent que la vie c’est une chose unique, précieuse.
 
Marie-Christine Desharnais
 
 

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pâques 2019 - Semaine 7

2019-04-15
Vendredi 19 avril 2019 – Faire des noeuds
 
En contemplant la croix, je vois le monde qui a besoin de paix, de miséricorde et de réconciliation.   Et je me dis que parfois, il faut faire des nœuds, pour relier ce qui s’est dénoué. 
 
On se pardonne, de ne pas être parfait.
On pardonne à l’autre, de ne pas être parfait.
On pardonne aux événements, de ne pas être conformes à nos scénarios de rêve.
On lâche prise dans la confiance.
On ouvre son cœur à Dieu pour accueillir son pardon, sa Miséricorde et sa vie. 
 
Et le matin de Pâques, on se lèvera, porteurs et porteuses d’une vie nouvelle!
 
Merci d’avoir fait route avec moi sur ce Chemin de Pâques.  Que la lumière du Ressuscité éclaire votre vie.
 
Julie-Hélène Roy
Animatrice de Vie, Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire



Jeudi 18 avril 2019 – Partager le pain
 
Dans les rencontres de catéchèse que j’anime, il arrive que j’apporte du pain.  Pas de beurre, ni de confiture, juste du pain.  Si vous saviez la joie des enfants à en déguster un morceau! 
 
Partager le pain, c’est partager le moment présent, c’est partager ce qui nourrit, c’est partager ce qui goûte bon.  Partager le pain, c’est aussi partager notre histoire, nos racines.  Saviez-vous que les premières traces de pain découvertes datent de 30 000 ans avant Jésus-Christ?  Le pain unit à travers le temps et les frontières. 
 
En cette journée où nous faisons mémoire de la dernière Cène, partageons le pain!


Mercredi 17 avril 2019 – Communion de prière
 
Je vous propose de choisir une personne ou une cause qui a besoin d’aide, de prière…  En pensant à elles, à eux, cultivez la confiance, la joie, la paix et le courage. 
 
Je vous invite à élargir votre prière et à confier au Seigneur toutes les personnes que soutiennent les autres pèlerins sur notre route vers Pâques.   Unis par la foi qui n’a pas de frontière, nous devenons une mosaïque de prière, riche de sa diversité, forte de sa solidarité. 
 
Communion de prière,
Julie-Hélène


Mardi 16 avril 2019 – Être solidaires
 
Ce matin, deux nouvelles ont capté mon attention : les lendemains de l’incendie à Notre-Dame de Paris et les inondations en Beauce.  Face à l’urgence ou à la catastrophe, il est touchant de voir toutes les personnes qui se lèvent et qui contribuent à amoindrir, protéger, réparer…  Chacune et chacun selon le don reçu.
 
Les pompiers qui éteignent le feu.  Les gens qui prient.  Les autorités qui prennent des décisions et organisent les secours.  Les mécènes qui donnent.  Les bénévoles qui accueillent les sinistrés.   Le Christ s’est fait chair et il a habité parmi nous (Jn 1, 14).
 
Bonne Semaine Sainte,
Julie-Hélène


Lundi 15 avril 2019 – Devant la croix
 
Pendant que j’écris la réflexion du jour, à Paris, des pompiers luttent contre l’incendie qui s’attaque à l’emblématique cathédrale Notre-Dame de Paris.  Les images sont saisissantes.  Quand nos monuments s’effritent ou s’effondrent, quand ce que nous croyions solide et intouchable devient fragile et vulnérable, alors nous perdons pendant quelque temps nos repères.  Et je me questionne, quel sens donner à tout cela en ce début de Semaine Sainte…
 
Et je pense aux apôtres, devant la croix… 
Et je pense à cette promesse de la Résurrection…
 
Bonne Semaine Sainte,
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

2019-09-02
                                                           La Bienheureuse Élisabeth
       nous rassemble en ce jour mémorable
       de son entrée dans la Gloire de Dieu

 
 
Nous avons célébré cet événement grandiose avec nos sœurs de Montréal et les associées de nos milieux dans la joie, la fraternité et la reconnaissance.
Nous nous sommes interrogées sur le « Comment notre mère Marie Élisabeth a-t-elle vécu ce passage de l’Évangile : « À VIN NOUVEAU, OUTRE NEUVE ». Nous nous rappelions des faits vécus tel celui de Saint-Romuald. Élisabeth dit faire face à un grand garçon de 14 ans « élevé dans tous ses caprices ». Son père vient rencontrer Élisabeth lui disant qu’il ne pouvait le placer nulle part parce qu’il n’était pas élevé, lui demande de le prendre et de le dompter. Élisabeth lui répond : « Envoyez-le, je ferai mon possible ». Après avoir épuisé tout son arsenal de connaissances et de vertus, elle réussit à lui faire « demander pardon à tous ceux qu’il a scandalisé (…) lui fit accepter la punition » et le garda quatre (4) ans à son école. Nos exemples d’Élisabeth se continuent ainsi que d’autres dans la vie de chacune. « Suis-je de la génération du »VIN NOUVEAU ET/OU DES OUTRES NEUVES? » Quand devient-on une outre neuve? « Le Seigneur me transforme. Je peux changer l’eau en vin.  Je peux le faire goûter aux autres. S’abandonner pour être en état de service. Se donner crée un vrai bonheur. Accepter la transformation. » L’œuvre du Saint-Esprit se manifeste en chacune et lui donne la force de témoigner et d’agir.

Nous poursuivons notre partage autour de la table où chacune se révèle et ressent le vent de l’Esprit souffler autour d’elle. Que de merveilles réalisées et attestées par des personnes témoins des gestes posés avec la tendresse et la sollicitude éclatées chez mère Marie Élisabeth.

C’est le temps de célébrer, dans la reconnaissance, nos joies, nos bonheurs, nos exploits dans la Liturgie de ce grand jour mémorable de la « Béatification de notre mère Marie Élisabeth. Le célébrant, le père Hervé Rgimbi,csv. dans son homélie a fait un rapprochement du texte de saint Marc (2,18-22) et Élisabeth. À VIN NOUVEAU OUTRES NEUVES. Quel est ce vin nouveau. Ce sont évidemment l’évangile et l’ivresse de l’Esprit Saint qui sont à l’œuvre et qui poussent les disciples à n’importe quelle folie, pour révéler à l’humanité l’amour divin et la liberté. Comment faire pour devenir vin nouveau? … Nous devons désormais, comme dit Saint Paul,  revêtir l’homme nouveau, dans la tendresse, la compassion, la bonté, l’humilité, la douceur et la patience et le pardon comme Élisabeth l’a fait dans sa mission auprès des jeunes et de ses sœurs. Être support des uns et des autres, et de nous couvrir de l’amour qui est la nature divine.

Ce temps de partage et de communion nous rend fortes, dynamiques, vivifiantes et nous motive à aller annoncer et manifester par nos attitudes et gestes cette Parole méditée, intégrée sur le sillage de la Bienheureuse Élisabeth Turgeon. Que ce bouquet de grâces soit présenté à la Trinité sainte qui nous habite et qui nous nourrit.
 
Religieuses de Saint-Lambert; Lina, Mary, Gabrielle et de Montréal : Laure, Georgiana, rsr
                                                                                             Associées du groupe de la Visitation : Monique, Nicole, Françoise, Ginette, Francine

 
                      

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2019-09-03
                            Clin d’œil sur les lieux de mission
                            des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire


 Saint-Alexis de Matapédia

Fondation : 1903, trois religieuses arrivent à la gare de Saint-Alexis de Matapédia. Après 1 heure et demie de trajet dans une voiture tirée par un cheval, elles sont accueillies au presbytère où elles demeurent une quinzaine de jours, avant l’entrée dans leur couvent.

Clientèle scolaire : Deux classes : 22 élèves au cours modèle et 58 au cours élémentaire. Quoiqu’un peu craintifs, ces élèves souhaitent vivement profiter de l’enseignement des bonnes religieuses. En 1914, le couvent est agrandi : 4 classes dont une pour l’enseignement ménager.  

Événements : En 1928, on fête le 25eanniversaire de l’arrivée des Soeurs dans la paroisse. À cette occasion, on peinture les murs restés en bois brut-huilé jusque-là. En 1942, l’exposition annuelle des jeunes Éleveurs intéresse les agriculteurs de la paroisse dont plusieurs reçoivent une récompense. En février 1943, le bois de chauffage vient à manquer et l’on doit fermer les classes. La sympathie gagne les cœurs et l’on apporte aux sœurs « demeurées sans chauffage » de petites charges de bois avec recommandation de s’en servir uniquement pour leur logement…
 
Présence: De 1903 à 1972, les religieuses ont dispensé l’enseignement primaire et secondaire et vécu des heures agréables avec les gens de ce paisible village. 

Saint-Angèle de Mérici

Fondation : 1910, quatre religieuses arrivent dans cette paroisse fondée canoniquement, dès le début du diocèse de Rimouski en 1868. 

Clientèle scolaire : En 1910, 134 élèves occupent à pleine capacité les trois classes du couvent. La gente écolière augmentant d’année en année, on voit plusieurs adaptations se réaliser : en 1927, engagement de 2 enseignantes laïques qui se joignent aux religieuses, six classes en activité; en 1948, les garçons sont sous la direction d’un professeur masculin; 1955, 8 classes sont à la disposition des élèves. Le couvent de 1910 déborde. On ouvre une nouvelle école grande et belle  située tout près de l’église : 1963, 11 professeurs, 1964, 12 professeurs, 1965, 13 professeurs malgré le transport des élèves de 10eet 11eà a Régionale de Mont-Joli. En 1967, tout le secondaire est transféré à Mont-Joli et les 10 classes du couvent sont occupées par le primaire seulement. On peut accueillir en 1968, 43 jeunes pour la 1èreannée et 34 inscrits à la maternelle, grâce à la planification prévoyante de la Commission scolaire. 

Présence : Dans ce village à l’origine, d’agriculture, d’industrie laitière, d’élevage de porc et d’exploitation forestière, les religieuses ont connu avec les gens la croissance et la décroissance économique, sociale et scolaire. Cependant leur ardeur éducative et apostolique est demeurée vive et efficace tout au long de leur parcours 1910 à 1978. Une relève est assurée par un contingent de jeunes institutrices qui veulent faire œuvre d’éducation dans leur milieu. Une autre histoire commence… 

Cabano

Fondation : 1910, 6 religieuses  

Clientèle scolaire : Dès le début, six classes s’ouvrent ou s’inscrivent 289 élèves garçons et filles, auxquels devaient s’en joindre d’autres puisqu’à la fin de l’année on compte 373 élèves… Ils sont instruits par 5 religieuses et une institutrice laïque. En 1949, l’agrandissement du couvent et la construction d’une annexe de 8 classes permettent de réserver quelques locaux pour l’école moyenne ménagère. L’enseignement ne cesse de progresser. Les religieuses organisent une vie scolaire qui invitent les jeunes a être assidus en classe.
 
Oeuvre : Les religieuses organisent : Croisade Eucharistique, semaine de l’Éducation, semaine des Vocations, réunions Parents-Maîtres, Brigade scolaire, La Jeunesse en Marche, Cercles des Jeunes Naturalistes et Exposition des travaux manuels des petits et grands, garçons et filles. Enseignement, tâche pédagogique à la commission scolaire et pastorale paroissiale sont aussi assumées. 

Événements : En avril 1921, durant la grand’messe, le couvent est la proie des flammes. Aussitôt une nouvelle construction est commencée et les religieuses doivent remettre la rentrée au 16 décembre. En 1950,  un incendie majeur a rasé près de 125 maisons et causé des dommages matériels et psychologiques inoubliables chez les gens de cette localité. 

Présence : De 1910 à 2004, les religieuses ont habité ce village pittoresque au bord du Lac Témiscouata. Cabano d’abord connu sous le nom de Poste du Lac ou Fort Ingall a vu son statut modifié : paroisse Saint-Mathias-de-Cabano (1907) municipalité du village de Cabano (1923) et ville de Cabano (1962). Qu’à cela ne tienne, vous serez accueilli aujourd’hui à Témiscouata-sur-le-Lac par des Cabanois toujours sympathiques… 

                                                              Lisette d’Astous, R.S.R.

 

                                    

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire