×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Les étincelles (6-12 ans)

Chroniques et activités

Curieux? Tu aimerais des idées d'activités ou de lecture... voici quelques pistes.


LETTRE

2019-04-09
Jérusalem, 17 avril 0036
 
Chère Gertrudia,
 
J’ai vécu la mort de Jésus… Je l’ai vu, là, cloué sur une croix, essayant péniblement de lutter contre la mort. Les mains ensanglantées, fixés par les poignets sur la croix…
 
Comment en sommes-nous arrivés là ? Tout a commencé lorsque Jésus s’est fait arrêter dans le Jardin des Oliviers. Il y a eu un procès et ensuite, Jésus s’est fait flageller par des soldats. Après, Pilate a lancé le parchemin de condamnation à mort. Jésus a marché dans les rues étroites de la ville en tenant sur ses épaules une barre transversale de sa croix. Quel supplice! On lui a craché dessus, on s’est moqué de lui… Moi, j’avais pitié de lui et je lui ai donné à boire. Je l’ai vu, de mes yeux vus, comme je vois maintenant ma cruche d’eau qui traîne par terre…
 
Ensuite, il a été fixé sur une croix en compagnie de deux autres bandits condamnés, eux aussi à mort. Pendant que les soldats jouaient aux dés, Jésus souffrait… C’était une vraie torture, et pour nous et pour lui. Une artiste très connue était sur place et a fait pour moi une gravure de lui, souffrant sur la croix. La voici :
 
Je t’envoie aussi une phrase que j’ai trouvé superbe :  Ne fallait-il pas que le Messie souffrît tout cela pour entrer dans sa gloire? (Luc 24,26)
 
Vers midi, le ciel s’assombrit et la foule partit en criant. Moi, je suis restée là, malgré ma peur. Aux environs de 3 heures, Jésus est mort.
 
J’ai ressenti à ce moment une grande tristesse. Je suis alors partie, vu qu’il n’y avait rien d’intéressant à regarder, un mort, même le Messie.
 
Le soir, deux hommes l’ont descendu de la croix et l’ont emmené dans le tombeau du riche pharisien Joseph d’Arimathie. Ils l’ont ensuite mis dans le linceul blanc des morts.

Trois jours après, je suis allée au tombeau avec d’autres femmes. Quand nous fûmes entrées à l’intérieur, Jésus n’était plus là! Il était ressuscité! Je suis allée en tout hâte au village répandre la bonne nouvelle. Je suis ensuite retournée chez moi pour t’écrire.
 
Je t’envoie un croquis que j’ai fait de Jésus ressuscité.
 
Élève de 5e année
 
- 1 - 2 - 3 - 4 - 5 -