×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Quoi de neuf au Musée?

2022-06-16
  Clin d'œil sur les lieux de mission
   des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire
 
 
Saint-Hubert, Rivière-du-Loup
 
Fondation : Le 5 avril 1949, quatre religieuses arrivent à Saint-Hubert et prennent la direction de l’école du village.
 
Clientèle scolaire : Dès septembre, 135 élèves se présentent heureux et interrogateurs. Ils sont répartis en quatre classes, deux institutrices religieuses et deux laïques assurent l’enseignement. Dans l’attente de l’agrandissement de l’école, une cinquième classe ouvre ses portes, en 1951, pour les 147 élèves inscrits. En 1963, les élèves de la 4ième à la 8ième année fréquentent l’École Saint-Jean-Baptiste, tandis que les autres demeurent au couvent. Avec la centralisation des écoles en 1968, 405 élèves répartis en 11 classes du primaire s’amènent à Saint-Hubert. Deux écoles de rangs demeurent ouvertes : Lamy, 33 élèves et l’École no 9, 27 élèves. La Commission scolaire demande les appartements des religieuses, en 1969, afin de garder dans la paroisse, les élèves de 10ième et 11ième année.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement primaire et secondaire, les religieuses organisent pour leurs élèves : Croisade, Action Catholique, Cercle des Jeunes Naturalistes, Caisse scolaire. Les semaines d’Éducation, de Jeunesse Étudiante, des Vocations voient le jour, avec succès.
 
Présence :  Ne trouvant pas de loyer assez proche de l’église et de l’école, lors de leur départ du couvent en 1969, les religieuses quittent définitivement la paroisse, cette même année. Avec regret, elles laissent « les bonnes gens de Saint-Hubert qui se sont montrés confiants et bons envers elles. »
Aussi, le manque de relève dans la Congrégation ne permet pas de prolonger, au-delà des 20 ans écoulés, la présence heureuse et dévouée des Sœurs du Saint-Rosaire...
 
Albertville, Matapédia

Fondation : Le 4 août 1949, trois religieuses arrivent à Albertville, jeune village de 30 ans d’existence à peine. Elles accompliront leur mission d’instruction et d’éducation. 
 
Clientèle scolaire : Au début de septembre, « 88 élèves sont heureux de connaître celles qui sauront les aider à grandir » dans les divers aspects de leur personnalité. En 1964, on compte 118 élèves répartis dans 4 classes de la 1ère à la 9ièmeannée. Lors de la fermeture des écoles de rangs en 1966, on reçoit 219 élèves de niveau primaire pour 7 classes.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement, les religieuses organisent les activités annuelles : Croisade du Saint-Rosaire, Enfants de Marie, programmation du Cercle des Jeunes Naturalistes, et « marche au catéchisme » pendant trois semaines consécutives, en préparation à la communion solennelle. »
  
Événements : Albertville célèbre son 50e anniversaire de fondation, en 1970. Les religieuses collaborent beaucoup à l’organisation de ces fêtes. L’exécution des chants pour la circonstance, leur est confiée. Des visites annuelles viennent ponctuer le rythme dans ce village éloigné : Sœurs de l’Immaculée-Conception pour la collecte de la Sainte-Enfance, Frères du Sacré-Cœur pour la promotion de la vie religieuse-missionnaire, la Maîtresse générale des Classes chez les Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire pour l’encouragement des jeunes et la motivation au perfectionnement de leur être et de leur agir.
 
Présence : En 1973, la relève d’institutrices laïques est assurée et les religieuses quittent la paroisse d’Albertville. Heureuse coïncidence, en 1982, deux Sœurs sont mandatées pour le service en pastorale paroissiale. Cette tâche accomplie avec ardeur et dévouement jusqu’en 1991, s’ajoute au souci de perfectionnement des religieuses pour leur mission d’éducatrices et de femmes consacrées. Petit village, aux confins de plusieurs chemins qui s’enfoncent dans la forêt, Albertville abrite une population pieuse, vaillante et aimable!
 
La-Trinité-des-Monts, Rimouski-Neigette

 Fondation : Le 21 août 1950, 4 religieuses arrivent à la Trinité-des-Monts pour assumer l’éducation et l’enseignement à l’école du village.
 
Clientèle scolaire : Dès septembre, 62 élèves sont inscrits. À une religieuse est confiée la classe de 1ère à la 4 ère année, et à une autre la classe de 5ème à la 9ème année. Ces élèves « sont tous pleins de bonne volonté, désireux de progresser et se montrent ardents au travail. » Avec l’augmentation du nombre d’élèves, on effectue un agrandissement se l’école, en 1961, en 1967 en transformant en classes les appartements des religieuses. En 1970, s’ajoute un agrandissement neuf qui comprend un grand gymnase et des espaces pour les bureaux administratifs.
 
Œuvre : En plus de l’enseignement primaire et secondaire, les religieuses organisent : Caisse scolaire, exposition de travaux manuels, Cercle des Jeunes Naturalistes, Semaines de l’Éducation, des Vocations, Semaine du Carnaval. Des réunions parents-maîtres et conférences pédagogiques suscitent l’intérêt et la fierté pour la vie scolaire du milieu.
 
Présence : De 1950 à 2002, lles religieuses ont accompli avec dévouement des tâches d’enseignement et de pastorale paroissiale. Les gens de La-Trinité-des-Monts ont toujours collaboré et rendu agréable la vie des Sœurs des Petites-Écoles... Aujourd’hui encore, on peut affirmer : Petite municipalité, mais population au Grand Cœur!
 
 
                                                                          
                                                    
1 - 2 - 3 - 4 - 5 -