×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2018-06-05
ÉTÉ 2018
 
 
           
 
Lors de vos vacances d’été, notre Musée vous offre encore un lieu de visite à apprécier…
 
De mai 2017 à mai 2018, quelque 1030 visiteurs sont entrés dans notre espace muséal et pris connaissance de notre histoire liée à celle de la société d’époque.
 
Ils sont venus des écoles primaires, secondaires, universitaire de la Ville de Rimouski; des régions du Québec : Saguenay-Lac-Saint-Jean, Montérégie, Chaudière-Appalaches, Manicouagan, Capitale-Nationale, Laval, Centre du Québec, Nord-Est du Québec, Montréal, Bas Saint-Laurent; des provinces du Canada : Nouvelle-Écosse, Ontario, Alberta; des pays : France, Allemagne, et Honduras.
 
Accueillir toutes ces personnes fut pour nous un partage et un bonheur inoubliables.
 
À vous maintenant de découvrir les différentes facettes de notre patrimoine et de nous enrichir par votre vécu, votre culture et vos aspirations. Au plaisir de vous rencontrer!
                                                         
                        Agréable période estivale,
 
Lisette d’Astous, R.S.R.

 

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2018-06-05
Le Règlement quotidien d’Élisabeth Turgeon à Saint-Romuald (1863-1872)
 
Pour se maintenir dans les bornes du devoir et pour s’assurer que sa vie d’institutrice était utilement remplie, Marie Élisabeth Turgeon s’imposa un règlement de ses journées.

Après la prière, elle considérait l’étude comme son principal devoir; elle y consacrait le meilleur de son temps.  Les règles concernant l’étude qu’elle avait appris à suivre à l’École Normale Laval continuaient à lui être familières.

Aux premières années de son enseignement, à Saint-Romuald, alors que ses deux jeunes sœurs, Aurélie et Marine, résidaient avec elle à l’école, son plaisir était de leur faire partager le charme de ses études et de leur expliquer à loisir l’une ou l’autre leçon de français ou d’histoire.

Aux heures libres, elle se livrait avec elles à des jeux récréatifs : «le Colin-maillard», la «Course au lièvre», «Ramener les moutons des champs»; ensemble, elles lisaient les contes du «Petit Poucet», du «Petit Chaperon rouge», de «Cendrillon»; puis elles chantaient.

C’est le temps de le dire : Marie Élisabeth Turgeon avait une belle voix souple, pleine, sonore et expressive.

«Les cantiques de Marseille» étaient alors dans toutes les familles; Marie Élisabeth en possédait un exemplaire.  Les chants à «Notre-Dame de la Garde», à «La Sainte Vierge au pied de la Croix», l’«Ave Maris Stella» semblaient avoir ses prédilections.  Saint Joseph avait aussi ses cantiques.  Voici une strophe du chant : «Louanges à Saint Joseph» :

            Époux sacré de ma très chère Mère,
            Ange visible et père du Sauveur;
            Grand Saint Joseph, en qui mon âme espère,
            Je vous demande une seule faveur,
                       Tendez-moi la main durant mon agonie,
                       Pour me conduire au Ciel – en votre compagnie.
 
(Extrait et adaptation de ANGE et SEMEUSE de sœur M. de l’Enfant-Jésus, R.S.R., 1945)

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2017-10-25

En 2017-2018, au Centre d’éducation chrétienne, nous vivons une année charnière dans le tournant entrepris en faveur des jeunes.
La vision que nous nous sommes donnée : «Être une présence d’évangile au cœur du vécu des jeunes», nous interpelle constamment et nous dynamise.  Quatre balises importantes : «Accueillir…  Sortir (aller vers)… Proposer des expériences…  Collaborer…», encadrent nos choix, nos lieux de présence, nos initiatives et nos collaborations avec d’autres instances déjà engagées dans l’éducation des jeunes.
L’énoncé de notre mission : « Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie» constitue un défi incontournable à relever dans un contexte social où la référence religieuse est de plus en plus absente. Toutes nos interventions se doivent d’être ajustées à cette réalité.
 
Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, voici quelques informations au sujet de la vie au CEC.
 
Projets réalisés et à poursuivre :
 
- Pèlerinage-jeunesse Rimouski
- El Camino 2017 : expérience d’initiation à la collaboration internationale
- «Va à tes racines» : activité de sensibilisation des jeunes à leurs racines familiales, culturelles et diocésaines, dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire du diocèse de Rimouski.
- «Penser Avec», Carrefour de partage, de recherche, de soutien et d’engagement de jeunes et d’adultes.
- Cours de récupération pour jeunes en difficulté d’apprentissage académique.
- Parcours catéchétiques en collaboration avec la paroisse Saint-Germain.
- Ressourcement – formation de multiplicateurs – aux catéchètes et aux parents à la zone pastorale de Forestville.
- Contacts de jeunes et d’intervenants et intervenantes auprès de la jeunesse : CEGEP, UQAR, Polyvalentes et autres lieux d’éducation.
 
Nouveaux projets :
- Groupe d’entraide et d’accompagnement pour jeunes de 6-10 ans qui traversent des situations difficiles.
-  Ateliers de Mosaïques d’inspiration chrétienne pour jeunes de 14-35 ans.
- Expression par l’art et la musique pour jeunes moins favorisés. Ateliers animés par deux jeunes professeurs de musique.
- Nouveau projet humanitaire à l’étranger.
- Collaboration diocésaine pour préparer et vivre le Synode des jeunes en 2018.
 
Dans la foulée du tournant missionnaire, supplions la bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder avec nous  afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux, qui portent la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier chez les jeunes.  
 
L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 
 
 
                                           


 

 

Pour consulter la Programmation: 
 
 

cec_retour.jpg

 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

2018-05-01
LA «SAMARITAINE» DE MONTRÉAL
 
Il était une fois dans la grande ville de Montréal, un riche marchand de bijoux. Un jour, celui-ci se fit dévaliser. Les cambrioleurs l’assommèrent et ils prirent tous ses biens avant de quitter le magasin.
 
Un jeune homme qui allait bientôt se marier, était en route pour aller acheter la bague de sa fiancée. Mais quand il vit le pauvre monsieur qui était allongé sur le sol, il fit semblant de n’avoir rien aperçu parce qu’il avait un rendez-vous avec sa fiancée et qu’il était déjà en retard. Vient alors Leonardo DiCaprio. Il fit de même que le jeune homme car il avait un rendez-vous d’affaires.
 
Juste après, une dame très âgée, démunie, affamée, remarqua la victime. Elle s’en approcha tout doucement. Par la suite, elle trouva une vieille charrette abandonnée qui servait anciennement à
transporter les fruits du marché. Elle déposa le monsieur dans la charrette en poussant celle-ci jusqu’à l’hôtel le plus proche. Elle dit alors: « Voici la somme nécessaire pour que vous preniez soin de cet homme. » Et elle reprit son long chemin de misère tout en pensant à l’acte très, mais très généreux qu’elle venait d’accomplir.
 
P.S. Cette femme venait de donner la moitié de son argent à Dieu. C’est ce qu’elle avait réussi à quêter en un mois...
 
Fany Loranger

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Pâques 2018 - Semaine 6

2018-03-26
Samedi 31 mars 2018 – Attendre
 
Samedi Saint.  Journée tampon entre la crucifixion et la résurrection.  Temps d’attente et d’inconnu.  C’est Samedi Saint toutes les fois où nous attendons un résultat d’examen, où nous cherchons un emploi, un appartement ou un ami, où nous anticipons la nouveauté, où nous avons une décision à prendre...
 
Que tous nos samedis saints soient baignés de foi et d’espérance.  Rappelons-nous la promesse du Seigneur, d’être avec nous, tous les jours, pour toujours.
 
Bonne attente!  Et pour demain, je vous souhaite de très Joyeuses Pâques, remplies de la lumière, de la joie et de la paix du Ressuscité!
 
Ceci termine notre route ensemble sur le Chemin de Pâques 2018!
 
Julie-Hélène Roy

Animatrice de Vie, Centre d’éducation chrétienne des Sœurs du Saint-Rosaire 


Jeudi 29 mars 2018 – Multiplier la soupe
 
Lors d’un événement vécu récemment dans mon diocèse, le dîner prévu était un repas « frugal » de soupe et de pain.  J’ai eu écho que les organisateurs ont eu peur d’en manquer…  Vous savez quoi?  En plus de la soupe et du pain, nous avons eu du fromage, des pâtés à la viande et des desserts à profusion!  En avons-nous manqué?  Bien sûr que non, il en est même resté en surabondance.    
 
C’est humain d’avoir peur d’en manquer.  Regardons juste le surplus matériel accumulé dans nos maisons!  Devant cette peur, rappelons-nous que quand on partage, on n’en manque jamais!
 
Bonne route,

Julie-Hélène


Mercredi 28 mars 2018 – Faire du ménage
 
« Le Carême se veut un temps pour faire du ménage intérieur »*.
 
Le Carême achève déjà.  Dans quatre jours, nous célébrerons la Résurrection du Christ.  Quatre jours d’un chemin de quarante.  Je vous invite à bloquer du temps dans votre horaire pour faire du ménage intérieur.  Temps d’écriture, de solitude, de création ou de prière, dans la nature, à l’église ou à la maison. 
 
Bon ménage pascal,
Julie-Hélène
 
*Tiré du bulletin de la Formation à la Vie Chrétienne, diocèse de Rimouski.


Mardi 27 mars 2018 – Accueillir le changement
 
Dans une de ses chansons, Richard Séguin écrit : « Rien ne sera plus comme avant, ce sera pire, ce sera mieux… ».  Entrer dans le mystère de Pâques, de la mort-résurrection, c’est accepter que rien ne sera plus comme avant, que ce sera différent.  La promesse de Dieu, c’est que ce sera mieux, même si on ne le comprend pas tout de suite. 
 
Acceptons et accueillons le changement avec foi et espérance. 
 
Julie-Hélène


Lundi 26 mars 2018 – Attacher ses lacets
 
Quand on voit une personne se promener avec des lacets détachés, notre premier réflexe, c’est de l’arrêter pour l’avertir.  Nous ne voudrions pas la voir tomber et se blesser.
 
Des lacets détachés, c’est comme une relation blessée.  Une chicane, une parole blessante, une trahison, un conflit, un non-dit…  Les lacets de nos relations ont aussi besoin d’être rattachés.
 
En ce début de semaine Sainte, ouvrons notre cœur à la réconciliation, don de Dieu.
 
Julie-Hélène

Tout voir




Écho des personnes associées

Le souper partage de mars 2018 : une belle expérience

2018-06-05
En répondant à l’invitation de participer au souper partage, organisé annuellement chez les Sœurs du St-Rosaire, j’étais enthousiaste à l’idée de nous retrouver autour d’une table, dans la fraternité. Et c’est bien ce qui est arrivé.

Par contre, alors que je croyais que nous mangerions du gruau, des céréales ou des omelettes, le menu fut tout autre : soupe aux légumes des plus savoureuse, chaudrée de palourdes délicieuse, agrémentées de petits pains maison et de fromage. Bref, de quoi nous régaler!

Ce qui a donné aussi beaucoup de saveur à cet événement, c’est qu’il réunissait des membres de plusieurs congrégations religieuses et de nombreux laïques. Même Monseigneur Denis Grondin a pu se libérer pour vivre ces heureux moments avec nous.

Des représentants officiels de Développement et Paix ont profité du 50e anniversaire de l’organisme pour remettre à la Congrégation des Sœurs du St-Rosaire une plaquette en reconnaissance de leur engagement envers la cause de la justice sociale.

Sœur Cécile-Marie Fournier avait orchestré l’activité de manière à nous rejoindre et à nous faire réfléchir. Devant chaque convive, on avait placé un napperon sur lequel étaient imprimées des phrases de Gandhi, du Dalaïlama, de Mère Térésa, entre autres. Ces lignes, toutes plus inspirantes les unes que les autres, parlaient de la paix dans le monde.

Des feuilles de chants nous permettaient d’entamer en chœur, et avec cœur, des airs célébrant la paix. Des enfants, notamment ceux de Julie-Hélène, quelques adultes et un jeune Universitaire africain participaient à l’animation. Quelques-uns apportaient des symboles qui nous paraissaient comme l'assaisonnement tout à fait ajusté aux objectifs de cet Organisme mondial, soient les épices de la fraternité et de la solidarité.

Pour nous aider à faire un pas de plus, nous avons été invités à réfléchir, en petits groupes, dans le but de choisir un geste d’engagement que nous serions prêts à poser afin de vivre de plus en plus de paix en soi et autour de soi. Cet engagement se résumait en une phrase que nous inscrivions sur une belle grosse colombe. Toutes ces porteuses de messages ont ensuite été installées sur un mur du corridor menant à la cafétéria.

Oui, la Parole de Dieu passait à travers les prières, les chants, les échanges et c'est, il me semble, ce qui a pu désaltérer les assoiffés d'amour et de paix que nous sommes. Oui, l'Esprit Saint a soufflé et souffle encore afin que nous puissions continuer notre marche dans la vérité et la justice.

Je suis reconnaissante à cette Communauté qui, depuis ma tendre enfance, m’a ouvert le cœur au partage et à la solidarité. Aujourd’hui je peux célébrer cet esprit d’entraide avec des Femmes de cœur, témoins vivantes de tendresse et de sollicitude.

Ce partage, c’est pour moi une invitation à continuer de rendre grâce à Dieu pour toutes ses merveilles. Oui, je suis partie de cette soirée avec un chant de paix au cœur, un chant qui m’a suivie pendant quelques jours : « Tu trouveras la paix dans ton cœur et pas ailleurs, et pas ailleurs... ».

Avec gratitude,

Danielle Beaulieu-Gauthier, associée R.S.R.
 

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2018-06-05
Jubilé du 125e
5e étape : Le brasier réchauffe (1975-2000)
 
 
Le 28 mai
 
À la salle de communauté, les jeunes de 1’École de Théâtre de Rivière-du-Loup sont heureux de présenter leur spectacle de fin d’année «J ’TAIME» de Paul Vanasse. Belle occasion d’ouvrir la cinquième étape de notre Jubilé.
 
Le 18 juin
 
Pour le souper, c’est fête à la cafétéria. Les sœurs se rassemblent par «contingent» (groupe d’entrée au Saint-Rosaire). Il est identifié par un fanion symbolique qui illustre le slogan qui lui est propre. Décorations originales et colorées, gâteau de circonstance, dévoilement de deux mosaïques de fondation : celle du centenaire et celle du 125e, apportent à la Fête leur note de gaieté.
 
Le 14 juillet
 
Merveilleuse journée champêtre au chalet de Beaumont. Plus de 125 sœurs sont accueillies pour le pique-nique. «Elles arrivent à pied celles qui ont l’habitude des longues marches, d’autres en «waggin» comme autrefois, ou à la moderne, en automobile.»
 
Et l’on chante, avec enthousiasme, la beauté des lieux et la joie d’être ensemble :
 
«La maison des Bois nous charme et nous plaît!
Et son nom dépasse notre attente,
C’est ici le lieu de la détente!
Du petit ruisseau qui coule en cascades,
Nous aimons le frais murmure enchanteur...
Sous le charme de sa douce aubade,
Des soucis, c’est la dégringolade!»
 
et selon un autre refrain : «Y a-t-il rien d’aussi beau que notre petit chalet, là-haut.. bien planté sur le coteau.»
 
Le 26 juillet
 
Célébration à la chapelle en l’honneur de «la Bonne sainte Anne»
 
À 14 heures, ouverture de l’Exposition historique, présentée en neuf kiosques : 1. Les déménagements 2. L’instruction et l’éducation 3. Les doigts de fée 4. Les Missions 5. La vie de prière 6. Les mains laborieuses 7. La musique 8. Les soins de santé. 9. La ferme.
 
Cette exposition ouverte au public du 26 juillet au 15 août est, pour les visiteurs comme pour les religieuses, un mémorial précieux de l’Héritage laissé au cours des âges...
 
Pour fêter un 125e de fondation, rien de mieux que d’inviter les anciennes élèves à des journées de retrouvailles...
 
Le 29 juillet - Institut familial et École Sainte-Marie 

Plus de 220 amicalistes de ces deux écoles sont accueillies à la Maison mère. Brunch à la cafétéria, visite de l’Exposition historique et rencontres informelles font de cette journée un retour dans le temps des souvenirs au «berceau de l’Institut familial...» À 17h30, c’est le départ à l’Hôtel Rimouski pour celles qui désirent y continuer les agapes...
 
Le 30 juillet - École normale de Dégelis
 
Plus de 200 anciennes de 1’École normale de Sainte-Rose-du-Dégelé se rencontrent à l’Hôtel Rimouski pour leur journée de retrouvailles. Accueil, brunch, Visite d’exposition, hommage rendu aux six pionnières de 1940, ravivent les souvenirs. Chacune raconte l’histoire de sa profession, de sa famille en soulignant 1’apport inestimable de la formation reçue dans cette petite École normale rurale... Liens d’amitié toujours vivants! À 14 heures à la Maison mère, plusieurs de ces invitées rencontrent leurs enseignantes ou leurs compagnes devenues religieuses. Moment de reconnaissance et de joie!
 
Le 5 août - École normale du Mont-Joli
 
Cette amicale rassemble plus de 310 anciennes élèves et professeurs à l’Hôtel Rimouski. Le programme offert en ce lieu et à la Maison mère est le même que celui du 30 juillet. Encore une fois, les personnes présentes à cette journée de retrouvailles apportent leur originalité et leur expérience. On note dans la chronique : «Retrouvailles touchantes de toutes les générations d’anciennes depuis 1942. Atmosphère exceptionnelle de fraternité, de gratitude, de joie et de spontanéité. Heureux moments beaucoup trop courts.»
 
Le 6 août — Journée des ex-rosaristes

Plus de 125 ex-religieuses se joignent à la Communauté pour la célébration eucharistique de ce dimanche. Ferveur passée et présente réchauffe les cœurs... Le regroupement par contingent favorise les échanges, les témoignages au cours du repas. Elles se souviennent et chantent: «Pour fêter le Retour, attisons des soleils, allumons des étoiles au Flambeau...»

 
Retrouvailles inoubliables!
Bienvenue au prochain rendez-vous!
 
Lisette d’Astous, R.S.R.
 

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire