×

toujours présente pour les jeunes...

Élisabeth Turgeon, fondatrice Cause de canonisation Centre Élisabeth Turgeon Béatification d'Élisabeth Turgeon
Armoiries Origine Expansion missionnaire
Spiritualité et charisme Vocation et formation L'Oeuvre des personnes associées Écho des personnes associées
Mission Enseignement Pastorale Centre d'éducation chrétienne
Quoi de neuf au Musée? Bibliothèque Saint-Rosaire Productions R.S.R. Musée R.S.R.

Cours et ateliers

Venez apprendre, approfondir ou vous initier à une foules de disciplines.

Place aux jeunes

Curieux? Apprends-en davantage sur une multitude de sujets.

Réseau des Musées

Quoi de neuf?

2017-11-30
Noël 2017             Année 2018              
            

 
Vivre Noël une fois de plus, quelle chance!
C’est le passé et le futur qui se parlent…                                                  
 
 
 
Qu’à leur voix, nos âmes s’éveillent et prennent conscience de :           
 
  • Ce qui a été un service reçu ou un don de soi…
  • Ce qui a été une détresse consolée ou un réconfort accordé…
  • Ce qui a été un baume pour le cœur ou une illumination pour l’esprit…
  • Ce qui a été une présence de radieuse jeunesse ou une proximité pleine de sagesse… 

Ce qui a été…
et
ce qui sera…
toujours

                      c’est l’Amour
                                           qui surpasse toutes choses…                    
 

 
                       Pour vous, que se réalise ce souhait :          
                       Vivre Noël dans la douceur du moment!
                       Vivre l’Année 2018 dans la reconnaissance du riche quotidien!

Paix! Santé! Sainteté!

Lisette d’Astous, R.S.R.










 

Tout voir




L'éditorial Élisabeth Turgeon

2017-11-30
Cette béatitude combat la tendance à se plaindre de l’injustice sans vraiment lutter contre elle. Elle exhorte à trouver le courage de s’engager et de prendre des risques pour la justice.
 
Élisabeth voit la souffrance des enfants pauvres du diocèse de Rimouski et considère qu’il lui est possible de l’adoucir. Elle se rend à Rimouski à la demande réitérée de Mgr Jean Langevin qui, au début, lui manifeste une grande confiance. Plus tard, elle est privée de ce soutien moral. Elle vit douloureusement la froideur et les silences de l’Évêque. Elle se tait et garde espoir dans le Dieu qui l’appelle.
 
Elle puise dans son amour intense pour Jésus la force de s’engager dans un long noviciat tissé de souffrances toutes plus pénibles les unes que les autres. Elle surmonte patiemment les fausses accusations et les reproches de certaines sujettes. La peur d’essuyer un refus à son projet de vie religieuse la met dans la situation du persécuté et l’aiguillonne sur le chemin qui mène à Dieu.
 
Pendant le dur hiver de 1876, des filles intéressées au nouvel Institut des Sœurs des Petites-Écoles viennent; mais après quelques jours au misérable couvent, elles repartent en traitant de folles les sœurs qui l’habitent. Même des prêtres se moquent de ces vieilles filles extravagantes qui poursuivent un projet de fondation à Rimouski où il y a déjà trois communautés religieuses. (Positio, p. 114)
 
Des personnes inaptes à la vie religieuse sont reçues dans le groupe parce que le discernement des aptitudes à cette vocation ne se fait pas. Comme maîtresse de novices, sœur Élisabeth en souffre moralement  et subit même des mauvais traitements physiques de la part de certaines. Elle vit le mépris et les railleries sereinement dans le silence, avec son Dieu. (Positio, p. 759) Elle accepte que c’est par ce rude chemin à la suite du Christ que l’on obtient le Royaume des cieux.
 
L’expression Royaume des cieux est synonyme de bonheur (Grün). Le royaume n’est pas quelque chose d’extérieur aux personnes persécutées pour la justice, il est Dieu lui-même qui règne en elles et qui les libère.
 
Élisabeth prouve qu’elle est un témoin de Dieu en acceptant d’être persécutée pour la justice. Elle accepte les maux liés à sa vocation de fondatrice dans la patience et la joie, confiante que le Seigneur se manifestera. Ainsi elle est transformée et elle change les cœurs des personnes qui la connaissent. Elle peut réconforter ses sœurs : Nous avons de bonnes nouvelles de vous, cela doit vous encourager à faire le bien avec zèle et persévérance : le ciel en vaut bien la peine, et après tout, il est au bout; il n’y a que celui qui persévère jusqu’à la fin qui sera couronné. (Lettre, février 1881)
 
Ann Adams, R.S.R.

Tout voir




Quoi de neuf au Centre d'éducation chrétienne?

PRÉSENTATION

2017-10-25

En 2017-2018, au Centre d’éducation chrétienne, nous vivons une année charnière dans le tournant entrepris en faveur des jeunes.
La vision que nous nous sommes donnée : «Être une présence d’évangile au cœur du vécu des jeunes», nous interpelle constamment et nous dynamise.  Quatre balises importantes : «Accueillir…  Sortir (aller vers)… Proposer des expériences…  Collaborer…», encadrent nos choix, nos lieux de présence, nos initiatives et nos collaborations avec d’autres instances déjà engagées dans l’éducation des jeunes.
L’énoncé de notre mission : « Nous approcher des jeunes et les accompagner sur leur chemin de vie» constitue un défi incontournable à relever dans un contexte social où la référence religieuse est de plus en plus absente. Toutes nos interventions se doivent d’être ajustées à cette réalité.
 
Pour alimenter votre intérêt et votre collaboration, voici quelques informations au sujet de la vie au CEC.
 
Projets réalisés et à poursuivre :
 
- Pèlerinage-jeunesse Rimouski
- El Camino 2017 : expérience d’initiation à la collaboration internationale
- «Va à tes racines» : activité de sensibilisation des jeunes à leurs racines familiales, culturelles et diocésaines, dans le cadre des célébrations du 150e anniversaire du diocèse de Rimouski.
- «Penser Avec», Carrefour de partage, de recherche, de soutien et d’engagement de jeunes et d’adultes.
- Cours de récupération pour jeunes en difficulté d’apprentissage académique.
- Parcours catéchétiques en collaboration avec la paroisse Saint-Germain.
- Ressourcement – formation de multiplicateurs – aux catéchètes et aux parents à la zone pastorale de Forestville.
- Contacts de jeunes et d’intervenants et intervenantes auprès de la jeunesse : CEGEP, UQAR, Polyvalentes et autres lieux d’éducation.
 
Nouveaux projets :
- Groupe d’entraide et d’accompagnement pour jeunes de 6-10 ans qui traversent des situations difficiles.
-  Ateliers de Mosaïques d’inspiration chrétienne pour jeunes de 14-35 ans.
- Expression par l’art et la musique pour jeunes moins favorisés. Ateliers animés par deux jeunes professeurs de musique.
- Nouveau projet humanitaire à l’étranger.
- Collaboration diocésaine pour préparer et vivre le Synode des jeunes en 2018.
 
Dans la foulée du tournant missionnaire, supplions la bienheureuse Élisabeth Turgeon d’intercéder avec nous  afin que se lèvent des disciples, audacieux et courageux, qui portent la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, en particulier chez les jeunes.  
 
L’équipe du CEC
par Marie-Alma Dubé, r.s.r., directrice
 
 
 
                                           


 

 

Pour consulter la Programmation: 
 
 

cec_retour.jpg

 

Tout voir




Les étincelles (6-12 ans)

UNE VRAIE LUMIÈRE

2017-12-01
Est-ce qu’il y en a parmi vous qui se sont posé la question « Qui est Jésus? » Au début, il n’était qu’un garçon très normal. Mais, après quelques années, l’Esprit Saint s’est manifesté en lui et il l’a poussé à annoncer la Bonne Nouvelle. Peu de gens le croyaient ou si vous le préférez l’écoutaient. Mais avec l’aide de ses apôtres. La Bonne Nouvelle s’est vite répandue à travers le monde.
 
Jésus, qui était un homme bon, a fait plusieurs miracles pour les gens. Jésus n’était pas seulement une simple personne qui faisait des miracles, il était le Fils de Dieu. Cet homme a souffert plus que personne sur la terre et encore maintenant, des gens ne croient pas en lui. Jésus, c’est le Fils de Dieu qui nous a donné son cœur, son Esprit et sa vie. En nous donnant sa vie, il nous a montré son amour qui est immense. Nous pouvons le prier en sachant qu’il nous comprendra. Ce n’est pas une personne que nous pouvons voir, mais en qui nous pouvons croire. Et je pense que Jésus est plus qu’un ami, il est  Dieu.
 
Jésus est un ami qui a sauvé la terre tout entière.
 
Vincent

Tout voir




Une oasis (13-30 ans)

Chemin de Bethléem 2017 - Semaine 2

2017-12-11
Vendredi 15 décembre 2017 – Faire de la propagande
 
Avez-vous déjà remarqué à quelle vitesse se propagent les rumeurs ou les articles controversés?  Vous savez, toutes ces histoires qui nous confortent dans l’idée que celui qui est différent de nous est peut-être dangereux, certainement moins bien que nous… 
 
ATTENTION.  Comme lorsque nous prenons le volant en hiver, sur des sujets « glissants », adaptons notre conduite.  Prenons le temps de bien nous informer.  Prenons le temps de connaître l’autre.  Faisons la propagande de la PAIX! 
 
Bonne route,
Julie-Hélène


Jeudi 14 décembre 2017 – Le Bon Samaritain
 
Hier, dans la tempête, je suis restée prise sur le bord du chemin.  Comme par « hasard », l’homme stationné devant moi est arrivé alors que j’essayais sans succès de me déprendre.  Il a proposé de me pousser et j’ai pu repartir, libérée.
 
Ma fille m’a fait remarquer : « C’était un bon Samaritain »!   « Oui, et le plus beau, c’est qu’il est probablement aussi heureux de m’avoir aidée que moi d’avoir été aidée »!
 
Aidant(e) ou aidé(e), bonne route!
Julie-Hélène


Mercredi 13 décembre 2017 – Laisser naître l’espérance
 
Un proche qui est à l’hôpital… 
La vie qui va trop vite… 
Les inquiétudes financières…
La mauvaise température qui perturbe nos activités…
Une relation blessée qui ne sait plus comment se soigner… 
Une personne qui cherche sa place dans le monde…
 
C’est dans la nuit que nous avons le plus besoin de la lumière de l’espérance. 
Laissons l’enfant-Dieu naître dans nos lieux de pauvreté.
 
Bonne route,
Julie-Hélène



Mardi 12 décembre 2017 – Errer
 
J’ai cherché un thème pour ma capsule.  J’ai écrit 40 idées différentes sur ma feuille mais aucune n’a porté du fruit.  Parfois, il faut accepter d’errer, sans savoir.  C’est même sage de le faire.  Ça donne du temps aux idées pour mûrir. 
 
Bon chemin de l’errance,
Julie-Hélène


Lundi 11 décembre 2017 – Allons à la crèche!
 
À l’origine, le mot « crèche » signifie « mangeoire ».  Aller à la crèche, c’est prendre un chemin d’actions, de pensées et de choix qui conduit à ce qui nourrit le cœur et l’âme. 
 
Allons à la crèche!
Julie-Hélène

 

Tout voir




Écho des personnes associées

2017-11-28

                           Ma vie, une montée, vers la VIE ...


Nous avons vécu une animation spirituelle très profonde  avec notre sœur Michelle Audet, le 21 octobre, à notre résidence de St-Lambert.

Les  sœurs de la maison,  des personnes associées de La Visitation et de Cartierville ainsi que des laïques engagés ont vécu ce temps de réflexion et de prière sur le thème : « Une avance en Âge … une avance en VIE! ».

Un même souffle de VIE s’est communiqué entre les personnes au cours des échanges, de la prière et des chants. L’enthousiasme et la motivation  se sont accrus   tout au long de ce  parcours d’intériorité et d’engagement personnel.

La peur de « vieillir », de « perdre ses capacités d’agir », s’est estompée. Elle s’est modifiée en une espérance de « grandir en sa qualité d’être », car le cœur ne vieillit pas et  vieillir, c’est vivre.  Nous désirons toutes demeurer lucides, actives et créatrices dans notre mission en Église.

Le document reçu servira à poursuivre  la réflexion et l’intériorisation. C’est un outil de référence intéressant qui laisse la place pour y insérer les réflexions et les expériences vécues.
Ce fut une journée fort enrichissante et prometteuse d’un avenir serein et créatif. Le temps forgera son être dans la Relation avec son Dieu. C’est le temps du « lâcher-prise » et de l’abandon dans la confiance et la liberté.

Grand merci à l’animatrice pour son travail de recherche, son attention et son adaptation à son auditoire. 

Lina Thériault, Mary Manzo, personnes-liens,  RSR

 
 

Tout voir




Quoi de neuf au Musée?

2017-12-01
Jubilé du 125°
2e étape : Le Feu crépite (1900-1925)
 
Le 30 septembre 1999 a lieu l’ouverture de la deuxième étape de ce Jubilé. À l’Hôte1 de Ville de Rimouski, un vin d’honneur est offert par les autorités municipales. Les discours prononcés soulignent la réussite de la mission de la Communauté quel que soit le niveau social des milieux où elle s’implante.
Une ancienne normalienne rend hommage aux religieuses qui par leur dévouement et leurs compétences ont permis à plusieurs jeunes filles de poursuivre leurs études et de devenir éducatrices à leur tour.
En soirée, on célèbre l’Eucharistie en souvenir de l’inauguration, en 1916, de la première chapelle de la maison mère. Les membres de la chorale Les Chœurs joyeux de la paroisse de St-Jean-de-Dieu sont les hôtes chantants à la célébration.
C’est ici la maison de Dieu, lieu de prière et de louange... Que retentisse souvent ce refrain de reconnaissance!
 
Le 7 octobre : Fête du Saint-Rosaire
En cette fête patronale de l’Institut, on rend hommage à Marie : célébration eucharistique dans la matinée et pèlerinage à la grotte dans l’après-midi.
Les pèlerins se rassemblent à la chapelle pour une brève présentation du sens d’un pèlerinage. Commence ensuite le parcours avec une escale au grand parloir, ancienne chapelle, lieu témoin de nombreuses célébrations, d’heures de prière et de cérémonies de vêture et de profession religieuse.
Une escale devant la façade de la maison mère: on se recueille en regardant la statue de Notre-Dame du Saint-Rosaire et l’inscription illuminée Ave Maria, témoins pour plusieurs religieuses de leur arrivée au Saint-Rosaire. Une escale devant la ferme et le jardin, signes tangibles des largesses du Seigneur rappellent la semence qui produit du 100 pour un…  Une escale au cimetière en mémoire de toutes ces femmes données au Seigneur et de ces bienfaiteurs ranime la gratitude pour ceux qui ont assuré la survie dans les moments difficiles. Enfin, une escale à la grotte, lieu du rendez-vous de ce jour. Chants et récitation du chapelet, devant les statues de la Vierge et de Bernadette, plongent les cœurs dans la méditation des mystères du rosaire. ..
 
Le 18 novembre : Fête du souvenir
En cette journée, on retourne au 18 novembre 1907 à l’aide de cinq capsules historiques.
  • Montée au couvent neuf telle que décrite dans les annales : on monte vers la terre promise, le beau chez-nous. Les sœurs défilent à la suite de charrettes encombrées, chaque sœur tient à transporter quelque chose, bouquets artificiels, statues, ustensiles... La montée fut pieuse, on y récitait des ave et des invocations...
  • Entrée exubérante à la cafétéria : les cloches sonnent et l’on chante à qui mieux mieux accompagné de l’harmonium de Mère Élisabeth, notre chère fondatrice: Chantons avec vive allégresse, notre doux nid, notre chez-nous. (1907)
  • Souper traditionnel: à la lumière des lampes à l’huile et savourant le même menu qu’en 1907 : morue salée, grillades de lard, pommes de terre en robe des champs, tarte à la bisse (mélasse), on vit un moment joyeux de communion. . .
  • Hommage à nos pionnières: lecture de l’adresse composée en 1907, à l’occasion de l’arrivée mémorable à la maison mère. Qu’i1 fait bon de vivre ensemble...
  • Prière des grâces : comme autrefois, on récite Pater, Ave, Gloria Patri; ce jour-là, on y ajoute le chant d’un vibrant Magnificat! 

L’Eucharistie est célébrée en souvenir du 40° anniversaire de la consécration de la chapelle actuelle. (1959) Ce lieu est réservé à la célébration des saintes liturgies, à l’écoute de la Parole divine toujours vivante et toujours actuelle, à la prière, à la communion fraternelle; ce lieu est sacré… Comme le dit saint Paul aux Corinthiens, les chants et les lectures soulignent la grandeur de la maison que Dieu construit. N’oubliez pas, le temple de Dieu est sacré et ce temple, c’est vous. Comment ne pas penser à Élisabeth et demander déjà que soit reconnue la sainteté de cette femme au cœur brûlant d’amour pour Dieu et débordant de tendresse maternelle pour ses sœurs et les enfants.
 

Oui, le Feu crépite durant ces 25 ans, promesse assurée d’une croissance plus grande encore!
 

Bienvenue pour le prochain rendez-vous, 1925-1950!
Lisette d’Astous, R.S.R.

 

Tout voir




Prière du Rosaire

Vous devez installer Adobe Flash player.

Rayonnement de la congrégation

Élisabeth Turgeon, la fondatrice de notre communauté, est venue de Beaumont à Rimouski en 1875. Notre mission d'éducatrices a pris diverses formes depuis, selon les pays et les cultures où nous oeuvrons : enseignement, pastorale, animation, accompagnement. Les soeurs qui forment la communauté aujourd'hui sont originaires de 6 pays différents; le Canada, les États-Unis, le Honduras, le Pérou, le Guatemala et le Liban.

Pour en savoir davantage sur l’expansion missionnaire de la congrégation, consultez la section

Expansion missionnaire